Encore un scandale, mais celui-là dépasse tout ce que
l’on a connu et tout ce que l’on pouvait imaginer !

J’en ai le souffle coupé ! Dans cette édition 72 de Canal ElHiwar, même le journaliste qui a mené l’entretien avec maître Laouini, lequel a exposé les accords entre l’Etat Tunisien et Sama Dubaï, avait du mal à croire ses oreilles et contenir sa stupeur.

Bien plus encore, certaines dispositions de ces accords accordant sur le papier des prérogatives allant au-delà de ce que l’on pourrait qualifier d’exorbitant, l’avocat lui-même avoue ne plus rien comprendre tant il nage en pleine irrationalité. Tout en exposant quelques-unes des clauses ahurissantes, il n’a cessé de demander à ce que les autorités tunisiennes s’expliquent sur leurs sens tellement elles apparaissent politiquement et économiquement inconcevables. Si, en effet, le sens juridique des mots semble souvent limpide, leur portée nous fait entrer en pleine irrationalité. Sauf à envisager l’inenvisageable : l’aliénation d’une portion de la richesse nationale en la forme d’une portion extensible du territoire tunisien, y compris l’aliénation de la souveraineté de la nation tunisienne sur cette même portion du territoire : rien que ça !

Jamais, peut-être, le journaliste de Canal du Dialogue n’a autant éprouvé le besoin de la présence d’un représentant du gouvernement tunisien pour porter la contradiction à l’exposé de l’avocat pour dire « non …non, ce n’est pas du tout cela …, il y a un grand malentendu  ». Et c’est un sentiment partagé par le téléspectateur tant le contenu des concessions accordées à Sama Dubaï s’avère effectivement inconcevable.

Dès le début de l’entretien, les révélations de l’avocat sont si assommantes que l’on a cette fausse impression qu’il est directement allé à ce qui paraît comme le plus choquant. Et puis les minutes défilent et, avec elles, les révélations les unes plus incroyables que les autres abasourdissent le citoyen téléspectateur. Et je vous avoue que l’exposé est si cauchemardesque qu’à de nombreuses reprises je me suis demandé « mais quand maître Laouini va-t-il s’arrêter ? ». Mais le cauchemar des révélations va s’éterniser sur près de 40 minutes (1 h 6 min 26 s à 1 h 46 min 30 s).

Je n’ai plus rien à dire, Je vous laisse sombrer à votre tour dans ce cauchemar.

PS : SVP si quelqu’un a eu entre les mains les documents de ces accords, qu’il les poste.

Astrubal, le 23 septembre 2007

http://www.nawaat.org

http://astrubal.nawaat.org