Par Fairouz Boudali

Lorsque je vois une émission à la télé, ou un documentaire sur le monde agricole ou tout autre domaine, je pense immédiatement qu’il s’agit des infos télévisées. Je ne sais pas si elles sont devenues mieux ou pire qu’avant le 14 janvier, car je ne regardais pas, sachant que ce n’était qu’un tissu de mensonges et de propagandes destinés à soutenir la dictature, mais je sais que nos infos maintenant sont une honte. Depuis la révolution, et comme tout le monde, le besoin de savoir est devenu une soif qui nous pousse vers toute source d’information ; que ce soit les quotidiens ou le journal télévisé. Malheureusement, à la fin de chaque journal télévisé ,on ne peut s’empêcher de se sentir encore plus frustré et énervé d’avoir perdu son temps ; car ces infos évoquent souvent tout sauf ce dont les spectateurs ont besoin : si les infos de 14h évoquent la pauvreté dans les différentes zones rurales victimes de la négligence de l’ex- dictateur, ou les multiples constructions anarchiques de citoyens peu disciplinés , les infos de 18h30 évoqueraient probablement des problèmes du tourisme ou d’une entreprise quelconque; alors que les infos du soir exposeraient longuement l’importance du déroulement normal du bac ou tout autre examen , avant de passer rapidement aux nouvelles internationales .

Pendant ce temps, toutes nos questions demeurent entières : Quels sont les programmes des différents partis politiques ? Où en est la haute institution de la transition démocratique ? Que fait le gouvernement exactement ? Quelle politique économique a-t-il suivi, et dans quelle voie a-t-il engagé le pays, n’étant qu’un gouvernement provisoire ? Mais surtout : Où est passé le reste de la bande de Ben Ali ? Pourquoi continuent t-ils à nous gouverner ? Est-ce pour ne pas les compromettre que notre justice ne s’attaque pas sérieusement à Ben Ali ? N’est ce pas le rôle de la presse de les exposer et de dénoncer leurs manœuvres ?

Enfin Pourquoi les militants de la révolution, telle que Samir Feriani sont en prison , alors que les snipers ont des promotions ?

Ce n’est pas normal de devoir veiller tard et regarder une chaîne étrangère pour avoir quelques réponses sur son propre pays. D’ailleurs pourquoi n’a-t-on pas de nouvelles chaînes ,comme l’Egypte qui s’est libérée un mois après la Tunisie , mais qui en a 16 maintenant ? Et Radio « Kalima », a t-elle enfin une autorisation ?
Si le but des autorités est d’utiliser l’ « abêtisation » politique pour nous renvoyer dans l’indifférence et le désintérêt total d’avant, pour mieux détourner la révolution, c’est raté. Internet et les réseaux sociaux sont là, et les consciences se sont réveillées : De même les infos doivent et ne peuvent qu’évoluer, c’est inexorable.

Mais en attendant, en regardant les infos ,on apprend plus les rudiments du langage des sourds muets qu’autre chose ; langage qui bizarrement décrit bien ces infos ; puisqu’elles sont muettes ne disant rien de ce qui nous intéresse. Elles sont également sourdes, ou du moins leurs rédacteurs, car ils ne comprennent pas que c’est fini, qu’ils ne sont plus les seules sources d’information, que le plus grand mal qu’ils sont en train de faire, c’est à eux-mêmes. Ils sont sourds ,car la seule chose qu’ils réussissent à faire par leur tissu de propagandes c’est de jeter le discrédit sur leur propre rédaction.