Auteur-Chawki-Rouissi-Redac-Chef-juillet2015-Lotfi-Ben-Sassi

Par Imed Daimi – Élu à l’Assemblée des Représentants du Peuple.

Il est extrêmement dommageable de lire qu’une presse publique fasse l’apologie de la doctrine fasciste. En effet, l’article ci-joint paru aujourd’hui dans le journal #LaPresse, signé par un journaliste inconnu nommé « Chawki Rouissi », appelle à poursuivre en justice des représentants du peuple qui ont fait leur devoir, c’est-à-dire qu’ils ont exprimé leur réserve quant à la loi anti –terroriste comme le leur permet la Constitution et le règlement intérieur de l’Assemblée des Représentants du Peuple (1).

La nouvelle Constitution a bâti une démocratie, solidifiée par l’existence de contre-pouvoirs institutionnels et civils pour garantir justement la dignité, les libertés et les droits des citoyens.
Il est extrêmement dangereux d’user de la liberté d’expression contre notre démocratie, que ce soit en refusant les règles de la démocratie (avec le refus des élections par exemple) ou en prônant un État fasciste et une doctrine totalitaire.

Alors que la propagande mauve fait son retour en diabolisant les avis différents, l’opposition et les ONG, il est plus qu’urgent de s’unir pour contrer son retour. (le terme fascisme provient de “faisceau” c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un seul courant de pensée permis tout avis contraire à l’avis de l’État est interdit).

J’en appelle aux journalistes honnêtes, aux associations qui œuvrent pour la démocratie de notre pays, à tous les partis politiques et à tous les citoyens de s’unir contre cette menace totalitariste, mettant en péril notre nation et son processus de transition démocratique.

Pour protéger notre démocratie, élevons-nous en tant que remparts à cette menace fasciste. Exigeons ensemble une action en justice contre la rédaction de ce journal pour :

– apologie du fascisme et propagande d’idées anticonstitutionnelles et antidémocratiques ;

– détournement de fonds public à des fins propagandistes antidémocratiques ;

– diffamation contre les représentants du peuple.

Il y a lieu en effet de se poser la question suivante : quelle différence y a-t-il entre un média qui prône des idées contre notre démocratie en essayant d’imposer la doctrine d’un État fasciste et des terroristes qui veulent tuer notre démocratie et imposer leur État Islamique ?

Nous devons tous être vigilants et nous élever au-delà de nos différences politiques afin de lutter ensemble contre ce retour aux pratiques benalistes qui dans leur finalité ne sont pas différentes à l’esprit terroriste de criminalisation des opinions différentes…

Face à ce énième dépassement, on ne peut pas rester silencieux. C’est notre démocratie qui est en jeu. Nous sommes tous garants de notre démocratie, face à cette propagande contre notre nation, n’est-on pas en droit, alors, d’exiger de suspendre immédiatement le financement public accordé à ce journal ?

(1).- Cf. l’article en question sur http://www.lapressenews.tn/article/faut-il-attaquer-en-justice-les-deputes-contre-la-loi-anti-terroriste/94/3911