Dans les quartiers de Dar Chaabane el Fehri, à 2 kilomètres au nord-est de Nabeul, on ne peut tourner la tête sans tomber sur les bigaradiers, en pleine floraison jusqu’à mi-avril. Aux alentours de la cité où les jardins et les rues en sont décorés, s’étendent des kilomètres de plantations familiales. C’est là que nous retrouvons Leila Aissa Laarous, qui possède un terrain de 2 hectares dont une part est l’héritage de son père. En arrivant, on ne voit que des arbres, les jambes des échelles bleues patinées, des petites fleurs blanches qui tombent sur un vaste filet vert étendu sur le sol.