Crédit photo : Page Facebook Unicef Tunisie

Les collèges techniques sont les structures qui ont été créés afin de recueillir ces adolescents pour leur permettre de poursuivre leur scolarité et d’acquérir un savoir-faire essentiellement artisanal leur donnant ainsi les moyens d’intégrer l’un des nombreux centres de formation que compte le pays. Il est à noter qu’au début de la création des collèges techniques en 2008, on prévoyait aussi de créer des lycées techniques qui auraient donné à ces élèves l’occasion de couronner leurs études avec l’obtention d’un bac technique. Trop beau pour être vrai ? Vous avez raison ; l’idée de créer des lycées techniques a été vite abandonnée sans raison évidente et sans, bien évidemment, donner d’alternative.

Alors certes, les collèges techniques souffrent de nombreux maux ; certaines structures manquent de moyens, les programmes sont surchargés, dépassés et inadaptés aux besoins des élèves, les professeurs manquent d’une formation spéciale les qualifiant à gérer des adolescents difficiles et révoltés, etc… Malgré cela, l’enseignement technique a su mettre un bon nombre de ces brebis égarées sur le bon chemin leur évitant ainsi les affres du chômage ou la délinquance. En récompense, les collèges techniques voient leurs enseignants partir à la retraite les uns après les autres sans être remplacés. Par conséquent, certaines spécialités disparaissent offrant ainsi un prétexte en béton pour suivre une politique de regroupement qui rend les collèges techniques surchargés et difficilement accessibles à des élèves qui n’ont pas la possibilité de se déplacer sur de longues distances. C’est le serpent qui se mord la queue.

Comme c’est le cas aujourd’hui pour le collège technique d’Akouda dont l’existence même est menacée. En effet, la délégation régionale de l’Education de Sousse a pour projet de fermer ses portes, de déplacer ses élèves vers le collège technique d’El Kalaa Kebira et de fusionner le bâtiment avec celui du lycée le juxtaposant ; le lycée secondaire Salem Ben Hamida. Dans quel but ? Sacrifier tout le collège afin de créer une section technique dans le lycée. Qu’en adviendra-t-il des élèves du collège technique d’Akouda ? Personne aujourd’hui n’est en mesure de répondre. Leurs scolarités ne vaut-elle pas autant que celles des autres ? Apparemment non, puisque personne ne s’en préoccupe.

La campagne « L’école récupère ses enfants » semble bien lointaine aujourd’hui. Les élèves des collèges techniques sont poussés à la rue. Pour eux, il n’existe aucun projet, aucune alternative à part celle de devenir chômeur ou de quitter le pays. Le dernier rempart contre la précarité a été abandonné.