Disons-le sans ambages : avec “Fatwa“, drame du genre à flairer l’air du temps, on se surprend non sans raison à se demander ce que le film aurait dû éviter pour ne pas pédaler dans la semoule. Ce qui est loin d’être bon signe. Devant cette nouvelle fiction de Mahmoud Ben Mahmoud, on croirait qu’une anémie a fini par affecter son scénario trop lourdement clair pour mettre les mains dans le cambouis idéologique. Voyons le pitch : C’est la mort de son fils, dans un supposé accident de moto, qui fait revenir Brahim Nadhour à Tunis. Ce père divorcé, qui a refait sa vie en France, découvre que le jeune Marouane, alors étudiant aux Beaux-arts, s’est radicalisé après avoir quitté le domicile familial. Il se met en tête de résoudre l’inconnue au sujet de cette mort, remonter la chaîne des causes et des raisons en démantelant ses fréquentations suspectes.