Amna Guellali

Amna Guellali

Amna Guellali, directrice du bureau de HRW pour la Tunisie et l’Algérie. Avant de rejoindre Human Rights Watch, Guellali a travaillé comme analyste au bureau du Procureur de la Cour pénale internationale à La Haye, et en tant que chercheuse principale au département de droit international à l'Institut Asser. Elle a également servi de conseiller juridique à la délégation régionale du Comité international de la Croix-Rouge à Tunis. Guellali est titulaire d'un doctorat de l'Institut universitaire européen de Florence.

10 May 2017

La loi sur la réconciliation économique semble inverser les principes mêmes de la justice transitionnelle. Au lieu d’établir la vérité, elle ne pourra que mener à un manque de visibilité sur les personnes et les institutions impliquées pendant des dizaines d’années dans la prédation systématique de l’économie tunisienne. Au lieu de permettre un assainissement des institutions, en identifiant les fonctionnaires corrompus et en les excluant de la fonction publique, elle procurerait une amnistie sans examen préalable de leurs actes individuels, enracinant ainsi la culture de l’impunité dans l’administration tunisienne. Au lieu d’obliger ceux qui ont contribué à la corruption à rendre des comptes, elle permet un rachat de leurs fautes au rabais, ouvrant ainsi la voie à une répétition indéfinie de ce même système.