zwawla-khat-terrorisme-peur-tunisie

Le lendemain de l’attentat suicide qui a visé un bus de la garde présidentielle, le collectif Zwewla et le groupe de musique « Khatt » se réunissent à Bab El Jazira à Tunis pour dire haut et fort « Tounsi we Mankhafech » [Tunisien et je n’ai pas peur].

Sur fond de violoncelle et de slam, de jeunes graffeurs ont dessiné « Votre terrorisme ne nous fait pas peur » et « Je n’ai pas peur ». Zwewla ont réalisé leur performance sur les murs d’ « El Kherba » [ les ruines ], un QG nocturne des jeunes du quartier, face au marché de Bab El Jazira. Hamdi Majdoubi, membre du groupe « Khatt » explique le choix de l’endroit par la volonté des deux collectifs de s’adresser au « Tunisien Lambda, première victime de la répression antiterrorisme comme l’état d’urgence ou le couvre feu décrète en Tunisie pour les trente jours à venir ». Plus qu’un hommage à la Tunisie « blessée », cette action appelle les tunisiens à ne rien lâcher.

Surtout ne pas sacrifier sa liberté et ses droits. Nous sommes ici aujourd’hui pour contester les décisions répressives de couvre-feu. Il faut s’opposer au terrorisme par la joie de vivre et la liberté d’être, précise la militante Chaima Abidi, membre du collectif Zwewla.

Rappelons que depuis sa création en 2011, le collectif Zwewla est affiche des positions politiques « anti-système » qui lui ont valu des arrestations et un procès en 2012. Le collectif, comme le groupe « Khatt », sont très actifs dans le mouvement « Manich Msamah » qui s’oppose au projet de loi sur la réconciliation économique et financière proposé par la présidence de la République.