La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 aura lieu au Gabon, du 14 Janvier au 5 Février. Pour les Tunisiens, la question revient à chaque édition : Comment suivre la performance des Aigles de Carthage ? La Watania n’a pas encore officiellement communiqué sur le sujet. Contacté par Nawaat, le directeur du service des sports nous a informés que les négociations étaient encore en cours avec Bein Sports. Le groupe qatari détient l’exclusivité des droits de diffusion sur tout le monde arabe et réclame pour le moment des sommes au-delà des moyens des chaines publiques maghrébines. Mais la passe d’arme entre Elyes Gharbi, PDG de la Télévision Tunisienne, et Wadii El Jarii, Président de la Fédération Tunisienne de Football, à propos de la diffusion des matchs de préparation de l’équipe nationale ne laisse aucun doute.

Droits de diffusion… aux plus riches

Depuis le début des années 2000, le plaisir de savourer la messe du football africain a souvent été gâché pour les Tunisiens. Chacun s’est débrouillé à sa manière pour trouver une solution. Certains ont bataillé pour se trouver une place dans un café ou un bar, qui sont bondés à l’occasion. D’autres ont bidouillé leur parabole pour la fixer sur une chaîne … tchadienne ou soudanaise, si par chance elles diffusaient le match de la Tunisie. Seuls les plus aisés auront le privilège de regarder les matchs tranquillement sur leur canapé. Bein Sports leur permettra de suivre tous les matchs de la compétition contre un abonnement de 65 dinars, disponible auprès des espaces Ooredoo ainsi qu’une centaine de revendeurs repartis sur l’ensemble du territoire.

La retransmission des Jeux Olympiques et de la Coupe du Monde de football est généralement assurée par les chaines publiques, à défaut par les chaines privées non-payantes. Assurer aux téléspectateurs la gratuité de ces événements marquants, revêt une dimension politique en rapport avec la bataille contre l’emprise du « sport-business ». En Allemagne, les chaines publiques allemandes ZDF et ARD avaient entamé un forcing contre Bein Sports lors de la dernière coupe du monde au Brésil. Les qataris, qui n’ont jamais participé à cette compétition, voulaient à tout prix empêcher les chaines allemandes de diffuser gratuitement les matchs sur la région MENA. Sans cela, les algériens n’auraient pas pu voir l’exploit de leur équipe nationale contre la Belgique et la qualification historique pour les huitièmes de finale de la compétition.

La dérive ultra-libérale de la CAF au profit du groupe Lagardère

Le constat est affligeant. Aucune agence africaine de marketing sportif ne détient les droits liés à la CAN ! C’est le groupe Lagardère qui en est propriétaire, via Sportfive, sa filiale spécialisée dans la gestion des droits marketing et audiovisuels sportifs. La Confédération Africaine de Football (CAF) lui a accordé un monopole sur le football africain depuis 2008. En 2016, ce monopole a été reconduit jusqu’en 2028. Un privilège facilité par Issa Hayatou, le sulfureux président de la CAF. Surnommé le « Blatter africain », il règne d’une main de fer sur le football africain depuis trente ans, malgré plusieurs accusations de corruption.

Le groupe français aura bénéficié d’une mainmise qui aura duré vingt ans ! Et il ne s’en prive pas pour dicter ses conditions. L’absence d’une autorité de régulation continentale est un facteur qui laisse place à de telles dérives. Pas plus tard que ce 4 janvier, l’autorité de la concurrence égyptienne a intenté un procès contre Issa Hayatou, pour entrave aux lois de la concurrence sur l’attribution des droits de diffusions des compétitions africaines.

De son côté, l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR), un organisme qui rassemble les radios et des télévisions publiques du continent, est montée au créneau afin de négocier une baisse des coûts de retransmission de cet événement populaire et d’élargir l’accès aux pays les plus pauvres du continent.

La CAN coûte 2 fois plus cher que la Coupe du Monde

Depuis son édition de 2011, les droits de retransmission de la Coupe d’Afrique des Nations ont augmenté de 50% en 2013, puis de 20% en 2015, pour enfin se stabiliser à 1,35 millions d’euros en 2017. Cette somme représente plus que le double des droits de retransmission de la Coupe du Monde de 2014, pour moitié moins de matchs.

L’augmentation prohibitive des droits retransmission a empêché plusieurs chaines publiques africaines de retransmettre la phase de qualification ou la phase finale de la compétition. C’est notamment le cas pour le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte.

Cette tendance inflationniste est irrationnelle au vu de l’évolution des différents championnats africains, ceux-ci ne sont quasiment pas retransmis dans le reste du monde. Ne parlons même pas de leurs revenus publicitaires.