Sana Sbouaï

Sana Sbouaï

Journaliste entre la France et la Tunisie, où elle a travaillé dans différents médias et co-fondé le magazine en ligne de long format Inkyfada.

28 Apr 2012

Plus de 50 ans après “la Conférence de l’unité” à Tanger et un an après la première édition de “la Conférence de Tunis pour un Maghreb uni et démocratique”, c’est la jeunesse qui se lance pour remettre le projet de l’union en route.

27 Apr 2012

Alors qu’à lieu aujourd’hui une rencontre pour commémoration la conférence de Tanger d’avril 58 et l’appel de Tunis d’avril 2011, pour un Maghreb uni, un représentant Touareg de l’Azawad nous a raconté son histoire.

24 Apr 2012

Il paraît que l’art permet à l’être humain de rêver. Ça c’est pour le premier rôle. L’art est aussi un un baromètre. Il sent la société, perçoit ses mouvements, s’en inspire et donne à voir. Et puis il finit toujours par représenter le monde et surtout par le transformer.

16 Apr 2012

Quand la forme devient signe le dessin de presse prend tout son sens. Alors que l’on s’interroge en ce moment sur l’espace possible pour la liberté d’expression en Tunisie la galerie Artyshow et la galerie Millefeuilles, à La Marsa, lancent une expo de dessins de presse pour la liberté d’expression.

12 Apr 2012

L’affaire a fait du bruit : au Maroc une mineur s’est suicidée aprés avoir été mariée à l’homme qui l’avait violée. Une disposition du Code pénal permet en effet d’éviter la prison aux personnes coupable de viol sur mineurs si un mariage a lieu. Il se trouve qu’en Tunisie une disposition similaire existe.

06 Apr 2012

Depuis plus de dix ans l’association Amal pour la famille et l’enfant aide les mères célibataires. Dans une société où les rapports sexuels hors mariage sont interdits et où la grossesse hors mariage est vécue comme un drame, Amal soutient ces femmes et les aide à se construire une vie.

02 Apr 2012

On a entendu parler les femmes qui défendent les Droits des femmes, les hommes qui défendent les Droits des femmes, celles et ceux qui sont contre le port du voile, pour le port du voile, contre les cheveux libres, pour les cheveux libres, contre le niqab, pour le niqab, contre la burqa,

27 Feb 2012

La Tunisie, l’Algérie et la Libye sont mis d’accord sur un point : la non reconnaissance des populations amazighes. C’est en tout cas ainsi qu’a été vécu le refus de changement de la dénomination de « Maghreb Arabe » par Rafik Abdessalem, Ministre des Affaires Etrangères tunisien, lors du congrès ministériel des pays du Maghreb Arabe. Réaction d’une Amazigh Tunisienne, membre de l’Association Tunisienne de Culture Amazigh.

21 Feb 2012

Le Code du Statut Personnel a beau flirter avec ses 60 ans, rien n’y fait. La femme semble rester marchandise dans l’esprit de beaucoup. Pourtant on a banni la polygamie, mettant ainsi la valeur de la femme à (quasi) égalité de celle de l’homme. […]

13 Feb 2012
قفصة. إنها بعيدة جدا، في أقصى الجنوب، لتحظى بالإهتمام؛ وهي بعيدة جدا، في أقصى الوسط حتى تجلب السواح إليها. عاصمة الحوض المنجمي تغم من يزورها. فالسماء فيها مغيمة، والجو حزين. في وسط المدينة، هناك تجمهر صاخب من العاطلين عن العمل، الذين يبحثون عن شغل؛ ولا شك أن ذلك يبين أن الوضع لم يهدأ بعد وأن المطالب هي دائما نفسها.[…]
10 Feb 2012

Gafsa. Too far south to catch our interest, too central to attract tourists. The capital of the mining sector is painful to behold. The skies are leaden and the ambiance is sad. A small gathering of job-seekers looking for work in the city center bears witness to ongoing tensions and demands that are far from being met. Among the forsaken are Amor and his family. He and his brothers tell of their past, their present, and their dreams for the future. Hearing the stories echos throughout this family is eye-opening, revealing the human experience’s different faces, fleshing out each identity, and magnifying differences.

02 Feb 2012

Gafsa. Trop au sud pour qu’on s’y intéresse, trop au centre pour drainer du touriste. La capitale du bassin minier fait peine. Le ciel est lourd, l’ambiance triste. Un petit attroupement de chômeurs qui cherchent du travail au centre ville, montre que la situation n’est pas apaisée et que les revendications sont toujours les mêmes.