corruption-tunisie-sidi-bousaid-parking

À l’heure où se discutait la loi de finances 2014 à l’ANC, les inquiétudes étaient plus que jamais focalisées sur les recettes de l’État. Des taxes et encore des taxes…sur véhicule, sur transaction…Tout est bon pour soutirer de l’argent à une classe moyenne (soit près de 80% de la population selon la BAD) déjà appauvrie par le coût de la vie.

Au lieu d’augmenter les recettes de l’État, nous nous demandons pourquoi depuis la révolution il n’y a eu aucune initiative pour optimiser la gestion des dépenses de l’État en mettant en place des processus de bonne gouvernance au niveau des institutions publiques.

Voici un exemple au niveau du parking de Sidi Bou Saïd. Nous avons d’abord appelé la municipalité de Sidi Bou Saïd pour nous assurer que le parking était bien leur propriété et sous leur gestion. En l’absence de barrière automatique avec compteur et passes magnétiques pour les résidents de Sidi Bou Saïd, le gardien du parking a trouvé le moyen de détourner des fonds publics et de se mettre ainsi dans sa poche quelque mille dinars par mois. Celui-ci nous a proposé il y a quelques jours de payer 1dt au lieu de 2dt et ceci sans qu’il nous offre de ticket parking. Nous sommes revenus quelques jours plus tard pour le piéger en le filmant en plein détournement de fonds publics.

Il s’agit ici d’une corruption banalisée à petite échelle, mais qui prive les caisses de l’État de plusieurs millions de dinars à l’échelle nationale. Pourquoi sommes-nous censés payer plus de taxes si le gouvernement ne sait les collecter, voire les dépenser ?