Imaginez seulement tout ce qui s’est passé en seulement huit mois : la dictature est tombée, et surtout la liberté de parole, de penser, d’écrire a explosé : chacun est libre de s’exprimer, les débats d’idées fusent, votre société est en train de vibrer et le tournant démocratique est à portée de mains. L’obscurantisme est derrière vous. Gardons cet espoir.

Autorisons-nous quelques réflexions…

Quant au débat religieux : je remarque que souvent le débat est mené et / ou n’a le droit d’être mené que par quelques exégètes ; tous les autres (via les commentaires que je lis) sont recadrés assez rapidement par des textes, citations précises ou autres versets…Que peut-être nous ne connaîtrions pas ou n’aurions pas compris ou mal interprétés.
Erudits ou pas, tout le monde peut s’interroger sur sa relation ou pas avec Dieu. Cela n’est pas un domaine réservé et le questionnement est possible chez chacun d’entre nous, en tant que citoyen en tant qu’être humain.
Pourquoi la religion ne peut-elle pas être vécue également pour certains de manière « philosophique » : l’art d’être bien ou de bien-être tout simplement , l’art de respecter les autres, d’être poli, d’aider son prochain, l’art d’avoir une relation personnelle avec Dieu qui n’impose rien aux autres, l’art d’avoir autour de nous des personnes qui jeûnent ou pas , qui font ou ne font pas leurs prières, mais qui n’en restent pas moins nos amis voire même des membres de notre propre famille ;
Et oui… Notre propre famille : êtres si différents mais que nous aimons tant.
N’en déplaise à certains, la croyance ne s’intellectualise pas ; elle se vit de l’intérieur ou pas !
Et rien n’empêche à celui qui le décide (même non pratiquant) d’être un bon musulman.
Rien n’empêche non plus à celui qui ne croit pas d’être une bonne personne ;
Celui qui décide d’être visible par un voile ou une barbe en a le droit si nous sommes en démocratie mais en aucun cas on me fera croire qu’il est meilleur ou plus croyant que la personne qui vit sa croyance de l’intérieur et décide de s’adapter à sa société en ne portant pas de signe distinctif.
Cela s’entend aussi par l’art d’être tolérant, voire même l’art d’être peu visible car cela vient du cœur C’est purement spirituel et ne s’explique pas scientifiquement ;
L’art aussi d’avoir une certaine humilité.
Ce n’est pas inné d’être croyant ; c’est un chemin personnel que chaque individu décide de faire ou pas, seul ou accompagné s’il le souhaite.
Chemin que chacun décide de faire ou non à un moment de sa vie :
Moment de plénitude pour certains, moment de désespoir, moment de réflexion, moment d’apprentissage, moment d’habitude, moment imposé ou de pression sociale pour d’autres ?
Chacun a ou n’a pas son moment de rencontre personnel avec la religion.
D’ailleurs, ce moment est tellement personnel qu’on ne peut pas traduire cette volonté de croire, et pour certains, cette exaltation ou euphorie ne trouve pas ses mots dans la quotidien…
C’est un moment de solitude, de vérité et de face à face.
C’est justement pour toutes ces raisons que cela ne se mélange pas avec le politique,
Cela ne peut devenir un modèle imposé pour toute une société.
La chose politique se traduit différemment : c’est un mouvement d’ensemble, consensuel, uniforme, pragmatique ; c’est l’art de gouverner et de servir tous ses citoyens quelques soient leurs croyances.

Quant à l’Art :

La religion n’empêche pas d’aimer l’art sous toutes ses formes ;

L’art, expression d’une démocratie saine, seul moyen d’expression pour certains, accessible à tous visible par tous, critiquable par tous ; l’artiste s’expose et sait que chacun d’entre nous va ou ne va pas aimer, va accepter ou pas (cela peut être violent parfois pour la conscience tellement cela nous dérange).
Mais dans tous les cas, l’art nous interroge, nous fait réfléchir voire nous fait même changer d’avis.
En aucun cas, même si je déteste farouchement ce que l’auteur a voulu dire, en aucun cas je m’autorise la violence ou l’irrespect…
Existe aussi aujourd‘hui l’art de zapper…

Bref, toutes ces réflexions sont somme toute personnelles et quiconque a le droit de les critiquer ; je devrais même avoir l’intelligence de dire que je me dois de lire ces critiques et de m’interroger : finalement ai-je raison ou pas de penser cela ? La pensée unique n’existe pas et n’a aucun intérêt.
Je me dis également que vous avez de la chance de pouvoir débattre quelque soient vos idées, de la chance de mettre un bulletin dans l’urne d’un pays en de devenir…la Tunisie sera l’expression de vos choix. Votre modèle démocratique.
Nous autres non tunisiens sommes tellement attentifs,… remplis d’espoir.