Bonn, le 27.12.2012

Cher Monsieur Bhiri,

Vous êtes le ministre de la justice de la nouvelle Tunisie et nous, un groupe de tunisiens résidents en Allemagne et n’appartenant à aucune mouvance politique, avons voulu à travers cette lettre vous rappeler vos responsabilités envers la Tunisie et les Tunisiens à appliquer les valeurs nobles de la démocratie, des droits de l’homme et de la justice.

Monsieur le ministre, nous voudrions vous citer quelques événements qui ont marqué l’histoire de l’Allemagne, un pays phare en matière de justice, démocratie et droits de l’homme qui sont la colonne vertébrale de toute démocratie et le garant premier du succès de n’importe quelle révolution. Ce pays est un pays de transparence totale, une transparence telle que le phénoménal parcours du chancelier Helmut Kohl, l’un des hommes qui ont marqué l’histoire en Allemagne et dans le monde, a été sali à cause d’une affaire de dons pour son parti et que son bras droit à l’époque et actuel ministre des finances Wolfgang Schäuble, le tendon d’Achilles de la finance Européenne a été contraint de démissionner à cause de cette affaire. C’est également un pays de liberté d’expression, une liberté d’expression telle que le président Allemand Christian Wulff démissionna après avoir menacé un journaliste qui a dévoilé une affaire d’emprunt d’argent auprès d’une personne privée et c’est aussi un pays de justice et de droits de l’homme, une justice telle que le kidnappeur et tueur du fils du fameux banquier Von Metzler eut un dédommagement malgrés l’atrocité de ses actes après avoir gagné son procès contre la police pour mauvaise conduite lors de sa garde à vue.

Monsieur le ministre, on voulait vous rappeler que les Tunisiens en Allemagne veulent voir les élus du peuple tunisien refléter ces valeurs nobles et donner l’exemple à nos compatriotes qui ont soifs de Liberté, Justice et Démocratie. Monsieur le ministre de la justice, nous estimons en toute sincérité inutile de vous rappeler que les cours de justice sont des instances sacrées dont les verdicts sont indiscutables et qu’on se doit de les appliquer à la lettre. Que la Tunisie ne soit pas encore un pays démocratique mais plûtot qui traverse une transition démocratique vous oblige d’être responsable vis-à-vis des tunisiens et de remettre à l’ordre quiconque qui n’appliquerait pas la loi en prenant l’exemple des pays fortement démocratiques. Que le ministère de la justice tunisienne n’applique pas la décision de la cour de cassation, peu importe le nom de l’accusé, est un fait inacceptable dans une Tunisie qui aspire à la démocratie et aux droits de l’homme. De plus, elle donne un argument fort aux pays hôtes des symboles de l’ancien régime de ne plus jamais les livrer à la Tunisie faute d’indépendance de la justice, ce qui serait une grande perte pour les tunisiens et leur révolution. Monsieur le ministre, après notre révolution, nous ne défendons pas des personnes mais les valeurs de la justice et de l’égalité devant la loi. Si on ne respecte pas les verdicts des magistrats, quelle serait la différence entre après et avant la révolution? On risquerait bien que la chaine de l’injustice se reproduise et on tomberait dans le même schéma de dictature, chose que vous ne souhaitez surement aucunement.

Cher Monsieur Bhiri, tant nous sommes fiers des valeurs du pays où nous vivons, tant nous espérons que notre pays, notre Tunisie aura un jour la chance de gouter aux valeurs nobles d’un pays qui nous reste étranger malgrés nous. Alors, au nom de la confiance que les électeurs vous ont attribué, au nom des années de souffrance que vous avez vécu, de l’injustice qui vous a fait souffrir, au nom de ceux qui regardent ici avec beaucoup d’admiration notre révolution, au nom de notre chère Tunisie et enfin au nom de Dieu, nous vous demandons d’appliquer ce que nos magistrats ont décidé et d’intervenir pour libérer Sami Fehri puisque la décision vous revient principalement.

Cordialement.

•    Balghouthi Mounir
•    Hamdi Oualid
•    Boufaied Lamia
•    Bada Oualid
•    Dellali Skander
•    Dr. Foudhaili Hatem
•    Amri Samih
•    Dr. Kachouri Salma
•    El Karaa Karim
•    El Arbi Fedi
•    Dellali Afef
•    Romdhani Sarra
•    Zammel Souhaib
•    Abbes Abir
•    Khlif Skander
•    Ouled Ali Zied
•    Tarssim Oula
•    Ayadi Anis
•    Drissi Samia
•    Kefi Amor
•    Rami Baccar