samira marai

Une information qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux stipulant que « La ministre de la Femme, Samira Merai, a pu sauver, ce samedi 2 avril 2016, un passager victime d’un malaise cardiaque, à bord d’un vol se dirigeant vers l’aéroport Djerba-Zarzis » , cette information véhiculée par Express Fm s’est avérée totalement erronée.

Ayant récolté personnellement le témoignage de l’une des hôtesses présentes lors du vol, il s’est avéré que le passager en question avait eu tout simplement un malaise dû à une hypoglycémie. Il a été pris en charge immédiatement par l’équipage dont les deux hôtesses qui lui ont fourni de quoi s’alimenter afin de rééquilibrer son taux de glycémie. Son état s’était aussitôt normalisé. La ministre a demandé à l’examiner. Dotée de son propre lecteur de glycémie, elle a procédé à une mesure classique, après sa stabilisation. L’un de ses accompagnateurs n’a pas raté cette formidable occasion pour la prendre en photo afin de berner l’opinion publique.

samira merai 2

Que Mme Merai et son équipe profitent de ce malheureux incident pour se vanter faussement d’un exploit dont ils n’ont absolument aucun mérite cela se comprend, sale politique oblige.

Qu’un média tel que Express Fm diffuse une information totalement erronée sans la moindre investigation, ou la moindre rectification cela se comprend, media poubelle oblige.

Mais que la compagnie Tunisair ne diffuse pas de démenti, que son porte-parole se vante de ce faux exploit sur son profil FB avant de le supprimer quelques instants après, la réside le véritable problème, car il s’agit bel et bien d’un préjudice ayant touché la compagnie montrant que l’équipage était incapable face a une situation déterminée et que c’est grâce a un autre passager, notamment Mme Merai, que le problème a pu être pris en main et résolu, ce qui est totalement faux.

Je laisse le soin à la compagnie Tunisair afin de rectifier le tir et diffuser un démenti et je laisse le soin au grand public de tirer les conclusions adéquates concernant certaines personnes et certains partis politiques qui ne reculent devant rien, absolument rien, pour se donner une image loin de la réalité.