Zone CFA

Mais comme la francophonie est une chance donnée à ceux qui la constituent de partager l’usage d’une langue à une échelle mondiale, il importe d’en rappeler les incommensurables enjeux pour la France. Lesquels devraient être inscrits en priorité dans les agendas de nos décideurs politiques, notamment en ce qui concerne l’Afrique, appelée à devenir l’eldorado de notre siècle.

Des chiffres parlants

Les articles parus récemment sur le sujet nous l’ont appris : le français est la deuxième langue enseignée au monde et la troisième utilisée dans les affaires et le commerce. Plus important encore, le nombre de locuteurs pourrait atteindre les 700 à 800 millions de personnes à l’horizon 2070, dont 85% d’Africains (alors que ceux-ci représentent actuellement 40% de la masse totale). S’ils sont bien évidemment porteurs d’un riche avenir pour l’épanouissement du français dans le monde, ces chiffres sont, comme pour toute projection, à prendre avec toutes les précautions nécessaires, puisqu’ils sont élaborés à partir d’un certain nombre de variables hypothétiques (qui sont d’ordre économique, démographique, culturel et politique).

Tout de même ! Ils permettent pour ainsi dire de planter le décor. À l’instar de ce qui concerne l’intelligence artificielle, appelée selon nombre de prédictions à prendre une place de plus en plus importante dans nos vies quotidiennes, place qu’il convient dès aujourd’hui de préparer si nous ne voulons pas rater le train de ce qui sera la révolution majeure du XXIème siècle, la France doit, sans perdre une minute, anticiper le foisonnement futur de sa langue. Cela, en se servant de cette prévision comme aiguillon assumé dans de larges pans des politiques qu’elle déploie, à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. Elle pourrait ainsi en tirer les nombreux profits que présupposent son niveau élevé de développement et sa position de berceau du français.

L’Afrique francophone : de la chasse gardée au garde-chasse

Contrairement à ce que la majeure partie de la population pourrait penser, la naissance de l’Organisation internationale de la francophonie (l’OIF) n’est pas due à une impulsion française. Elle fut plutôt la conséquence, dans les années 1960, de l’action décisive de chefs d’Etat charismatiques de pays nouvellement indépendants (Léopold Sédar Senghor pour le Sénégal, Habib Bourguiba pour la Tunisie et Hamani Diori pour le Niger). Ce qui aboutit à la création, lors de la Conférence de Niamey en 1970, de l’Agence de coopération culturelle et technique, ancêtre de l’OFI.

À cette époque, l’essor concomitant de ce qui fut rétrospectivement appelée la Françafrique était l’un des piliers de la politique étrangère française. Initiée sous Charles de Gaulle, cette politique avait pour but, dans le contexte de la Guerre Froide, d’assurer à la France son indépendance énergétique et son influence dans le monde. Pour faire court, il s’agissait, par le tissage d’un réseau serré de liens étroits et privilégiés entre des dictatures conciliantes et protégées et le sommet de l’appareil politico-économique de la Vème République, le tout sous la houlette de Jacques Foccart (le Monsieur Afrique de l’Elysée jusqu’en 1974), de maintenir dans l’Afrique francophone l’effectivité constante d’une sorte de zone réservée. Grâce à cette politique, plusieurs mastodontes économiques, tels que Total et Elf, ont développé leur mainmise dans ce territoire. En outre, nombre d’interventions militaires des dernières décennies, comme dans les années 1980 lors de la protection armée du Tchad face aux visées expansionnistes de la Lybie de Kadhafi, furent la mise en application de ce rôle de « Gendarme de l’Afrique » que la France s’était attribuée.

Près d’un demi-siècle après la fondation de la francophonie et bien qu’il existe encore des contre-exemples comme lors de la récente intervention au Tchad, nous vivons le début du crépuscule de la Françafrique (à cause de la concurrence des autres puissances, dont principalement les Etats-Unis et la Chine ; et du fait de l’extension de la démocratie malgré de nombreux à-coups comme au Sénégal, en Tunisie et en Côte d’Ivoire). Pour autant, subsiste une communauté d’intérêts entre les anciennes colonies françaises d’Afrique et l’ex-métropole, cela se traduisant, entre autres, par la création en 1997 d’un secrétariat général de l’OIF et, dans un tout autre domaine, le maintien, plus de soixante-dix ans après sa naissance, du franc CFA, dont la valeur est garantie par la République française. Cette communauté d’intérêts pourrait suggérer que, de chasse gardée, l’espace francophone africain devienne un terrain de surveillance sous la responsabilité d’un garde-chasse collectif incarné, face aux périls et défis à venir, par l’Organisation internationale de la francophonie elle-même.

Exemples de politiques à mener sous l’impulsion de la France

En vue de la poursuite du rayonnement de notre pays, il existe un nombre incalculable de domaines dans lesquels notre politique doit opérer un changement de perspective pour y intégrer une vision francophone prépondérante. Il est impossible, dans le cadre de cet article, de toutes les lister. Il faudra donc que nous opérions délibérément par synthèse, en espérant que d’autres, à la suite de la parution de cet écrit, s’emparent de ces questions.

Voici quelques exemples de réformes que la France ferait bien de prendre à son compte sous l’effet de cette politique francophone visionnaire que nous appelons de nos vœux :

  • Développer un Erasmus de la francophonie serait une action porteuse de paix. L’exemple des échanges universitaires entre les pays européens indique la voie à suivre. Ils sont en train de créer, chez les jeunes générations, et grâce au cosmopolitisme qu’ils instituent de fait, le parfait antidote aux conflits entre les peuples. Une politique volontaire et massive de coopération universitaire entre les pays francophones, prenant appui, suite à une harmonisation, sur une reconnaissance mutuelle et intégrale de l’équivalence des diplômes, induira nécessairement un rapprochement de cultures différentes grâce au partage de valeurs et pratiques identiques permis par l’usage commun du français.
  • La France glanerait une série d’avantages en termes de rayonnement sur la scène internationale si elle assumait, en activant ouvertement les réseaux de la francophonie, une politique de compétition face à la sinisation et à l’américanisation du monde, notamment en Afrique. Le premier phénomène, qui traduit l’entrée en scène de la Chine dans les rivalités géopolitiques visant l’hégémonie mondiale, se fait à coup de lourds investissements. Comme lors des périodes ayant préparé et précédé les colonisations européennes durant la deuxième moitié du XIXème siècle, ces investissements, qui prennent pour une large part la forme de prêts, conduisent au risque d’un fort endettement de nombreux pays africains vis-à-vis de la Chine. Répétition de la situation qui avait cours il y a près de cent-cinquante ans, cette dépendance financière risque d’entamer leur indépendance politique, cette fois au profit de « l’Homme en forme du XXIème siècle ».
  • Si les effets de notre activité sur le réchauffement climatique sont avérés, l’Afrique risque de devenir le continent qui en souffrira le plus. La raréfaction de l’eau dans le continent le plus chaud au monde, le risque de rétrécissement des zones cultivables dans des pays qui ont perdu toute indépendance vivrière (du fait des explosions démographiques du XXème siècle et du choix passé de miser sur une monoculture vouée à l’exportation, telle que celle du café en Côte d’Ivoire), la montée du niveau de la mer qui menace les côtes et leurs habitats, la possibilité effrayante que des centaines de milliers de réfugiés climatiques grossissent la cohorte déjà foisonnante de ceux qui fuient la guerre et la pauvreté, tous ces éléments combinés impliquent une action décisive. Dans cette perspective, les accords de Paris sur le climat conclus en 2015 montrent la bonne direction. Grâce à l’atmosphère générale qu’ils ont établis dans le monde, l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, à laquelle la France et d’autres Etats se sont associés, a été lancée la même année par la Banque africaine de développement. Mais notre pays doit faire plus, et ce, pour ses propres intérêts. Des parts de marché sont à gagner dans ce continent qui a l’objectif ambitieux d’accorder un accès universel à l’électricité (600 millions d’Africains sont encore plongés dans le noir). Un transfert fructueux de technologies et la mobilisation de son appareil productif pour réaliser cette mission peuvent contribuer à sortir la France de sa situation d’ « Homme malade de l’Europe ». Encore faudrait-il que les gouvernements successifs et les différentes forces sociales du pays prennent à bras-le-corps cette question pour en faire une politique d’utilité publique portée à la connaissance de tous nos concitoyens. Cela, en se servant explicitement du levier de la francophonie.
  • Dans le contexte de la mondialisation (toujours en cours d’accentuation) et des forts courants de migrations qui l’ont façonnée durant les deux derniers siècles, il serait pertinent de considérer, par une sorte de bienveillance culturelle née du partage en héritage d’une même langue, que les personnes provenant des espaces francophones, y compris d’Afrique, bénéficient d’un statut particulier d’entrée dans les pays les composant. Un statut particulier qui serait plus avantageux que pour les habitants du reste du monde (dont il faut écarter l’Espace Schengen et les autres pays composant la civilisation occidentale pour des raisons évidentes de proximité historique et culturelle). A terme, lorsque l’économie de la France redeviendra florissante et une fois le chômage de masse définitivement annihilé, les visas devraient être supprimés afin de rendre la libre-circulation totale. Cela créerait, si cette réforme est accompagnée d’une croissance élevée et durable des pays africains de la zone francophone, un fort dynamisme grâce à l’établissement de circuits touristiques, économiques et financiers de plus en plus intriquées. Cette vision devrait inévitablement passer, à un moment ou un autre, par la régularisation immédiate de toute personne clandestine ressortissante d’un autre pays francophone. Elle permettrait, n’en déplaise aux accents pessimistes des croyants à la théorie du « Grand remplacement », l’avènement, au fil des générations, de la tolérance entre les cultures en plus d’avoir un impact positif sur les économies des pays concernés (transferts d’argent, accroissement du nombre de voyageurs, hausse des cotisations sociales induite par la possibilité de salarier ces personnes…).
  • Dans une période qui voit la multiplication des grands ensembles internationaux, le France devrait défendre une réforme du franc CFA. Pour rappel, cette monnaie partagée par plusieurs ex-colonies françaises, bien que décriée parce qu’empêchant une totale souveraineté (à laquelle la création monétaire est traditionnellement accolée depuis l’Antiquité), assure à ces pays qui sont les moins avancés de la planète une stabilité enviable grâce à sa parité fixe avec l’euro. Dans le but de donner un signal fort à l’importance accordée à la francophonie par la France, cette dernière devrait militer pour un transfert de compétences. Tout comme l’euro est géré par les institutions européennes (alors même que tous les pays de l’UE ne l’ont pas adopté), la prochaine étape de développement des compétences de l’OIF pourrait se manifester par l’intégration dans ses statuts de la responsabilité de l’évolution du franc CFA. En plus d’un arrimage à l’euro, le franc CFA aurait alors intérêt à s’étalonner avec les autres grandes monnaies de la francophonie que sont le franc suisse et le dollar canadien, qui formeraient, en compagnie de la monnaie européenne, une sorte de panier moyen sur lequel se fixerait, et la valeur du Franc CFA, et l’éventail à l’intérieur duquel seraient permises de légères oscillations. Ceci bénéficierait aux économies africaines qui disposeraient alors de plusieurs options monétaires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui où l’on voit un niveau trop fort de l’euro rendre les exportations des pays de la zone du franc CFA trop onéreuses. La monnaie devrait dans une telle réforme changer de nom pour casser le dernier lien, fantasmé peut-être, mais réel dans l’esprit de beaucoup d’Africains, avec la colonisation. Pourquoi ne pas penser à un nom qui mettrait à l’honneur l’héritage africain, auquel on accolerait le qualificatif de francophone ?

La chance de la francophonie, cela parait évident, réside dans le partage d’une langue commune. Cette situation pleine d’avantages rend les incompréhensions mutuelles plus aléatoires que lors d’échanges entre natifs de langues différentes. Certes, la nature humaine se déploie, selon une règle immuable, dans un espace intersubjectif qui est le résultat d’une dialectique entre les pensées forcément complexes et hésitantes de chacun et leur transcription imparfaite dans la réalité, ce qui est la cause de beaucoup de malentendus, même entre des gens évoluant dans une même ère culturelle. Mais l’usage parmi différentes cultures d’une langue identique facilite grandement la coopération, et donc, le développement. Par-dessus tout, l’élargissement du français dans le monde prépare l’avènement d’un monde cosmopolite intégré, cette géniale inspiration de Kant, lequel est sans aucun doute le plus grand philosophe occidental de l’Histoire. La France manquerait à sa vocation si elle oubliait cette prédiction kantienne en s’interdisant de placer la francophonie en tête de ses préoccupations.