Par Takis Fotopoulos,

En Egypte et en Tunisie, l’impensable s’est produit. Pour la première fois les pays arabes ont réussi à déraciner des régimes impitoyable et despotiques soutenus par l’élite transnationale, par des insurrections, et non pas, comme d’habitude, par coups d’État. Tout a commencé en Tunisie, où son peuple a été le premier dans le monde arabe à descendre dans la rue et renverser un dictateur efficace. Ensuite, l’Egypte, l’un des régimes les plus brutaux du monde et le fondement principal de la politique transnationale et sioniste au Moyen-Orient, est venu sous pression par un soulèvement de masse qui ne peut être comparée à la révolution iranienne de 1979. Malgré certaines différences entre les deux cas, les ressemblances sont frappantes, comme dans les deux cas, les insurrections ont été autorisés à réussir dans chaque pays par l’armée, qui a simplement joué un rôle «systémique», à savoir un rôle de protéger le système lui-même plutôt qu’un régime particulier et encore moins un dictateur particulier. Mais cela a aussi été le principal obstacle à ce jour pour ces insurrections de devenir de vraies révolutions, étant donné que, dans les deux cas, l’armée est en effet contrôlé (en ce qui concerne son armement, formation, et aide financière et militaire) par l’élite transnationale et en particulier l’élite des Etats-Unis alors qu’en Egypte, en particulier, les cadres supérieurs de l’armée ont de fortes interconnexions économiques avec les élites locales. Cela signifie que l’armée, dans les deux cas, ne peut pas jouer longtemps le rôle de l’impartiale “arbitre” entre les élites et le peuple insurgé, (comme elle a essayé de faire systématiquement jusqu’à présent), de persuader la majorité de la population autour de son bon intentions de rester «neutre» dans son conflit avec les élites locales et étrangères. Ce, en dépit du fait que les cadres inférieurs de l’armée et en particulier les conscrits peuvent en effet croire et sont disposés à agir en fonction de leur rôle supposé, dans ce cas, les résultats des insurrections actuels seront déterminé par l’équilibre des forces au sein de l’armée et du degré de son contrôle par les élites locales et étrangères.

À l’heure actuelle, comme on pouvait s’y attendre, la stratégie des élites locales et étrangères est de changer la forme de contrôle du peuple, mais pas son essence. Ainsi, les élites locales sont occupés en ce moment par la rupture des ponts avec les anciens régimes impopulaires afin de joindre le mouvement de «démocratisation» qui est soutenu par les élites étrangères, comme nous le verrons dans cet article. En fait, le modèle néolibéral de la «démocratisation» qu’ils introduisent peut fonctionner comme un projet pilote pour le remplacement de tous les régimes autoritaires dans le monde arabe par les régimes pseudo-démocratiques, qui intégrera ces pays à l’économie de marché internationalisé d’une manière qui réduise au minimum l’activité anti-systémiques des victimes de la mondialisation à travers la vieille tactique et testé de «diviser pour régner». Particulièrement vrai, car cette stratégie s’est révélée très efficace dans la première décennie de ce siècle suite a la conquête de tout un pays (l’Irak), juste en jouant sur les différences culturelles et religieuses entre sunnites, chiites et Kurdes, dès que la «démocratie» a été introduit en elle!

Nature des insurrections tunisienne et égyptienne

Je voudrais commencer par une note sur la terminologie utilisée. Bien que de nombreux commentateurs, en particulier dans les médias, comparent les soulèvements populaires de masse a des «révolutions» , je vais m’abstenir d’utiliser ce terme qui est intimement lie aux changements dans les institutions politiques, économiques et sociaux, généralement à la suite des insurrections majeures et impliquant un changement systémique , c’est à dire un changement dans les principales institutions socio-économiques et le paradigme social dominant [i] ce qui équivaut à un changement dans les système socio-économiques qui caractérisent une époque particulière, ou une société. En ce sens, la révolution française de 1789, par exemple, pourrait être caractérisé comme une révolution systémique car elle a marqué le passage d’un ensemble de marchés pré-capitaliste au niveau économique et de la monarchie absolue au niveau politique au capitalisme – “système de l’économie de marché “dans le sens polanyien [ii] et« démocratie » représentative, respectivement, accompagné par le changement du paradigme social dominant dans une libérale classique [iii] De même, la révolution soviétique de Novembre 1917 pourrait également être caractérisée comme une révolution systémique , car elle a marqué le passage d’un système capitaliste de l’économie de marché et la «démocratie» représentative a un système post-capitaliste d’une économie centralisée et planifiée et “la démocratie des soviets», accompagnée par le changement du paradigme social dominant dans le marxisme.

Sur la base des définitions ci-dessus, il est évident que ni les insurrections Tunisienne ou égyptiennes pourrait être qualifiée de révolutions à l’heure actuelle, comme en fait, elles n’ont même pas encore démantelé les principales institutions politiques et économiques des régimes autoritaires précédents, et encore moins les principales institutions socio-économiques (au sens du système de marché et «démocratie» représentative) définissant le système qui prévaut dans ces pays. De plus, contrairement à la propagande des médias de masse dans l’Ouest contrôlée par la «communauté internationale», (un euphémisme pour l’élite transnationale), ces insurrections n’ont rien à voir avec l’effondrement du système soviétique et la restauration du capitalisme en Russie et dans les autres pays d’Europe. En fait, l’effondrement progressif de l’URSS dans les années 1980, qui a annoncé la chute du mur de Berlin et ainsi de suite, contrairement à la mythologie de l’Ouest, n’a pas été le résultat d’un soulèvement populaire de masse contre le système soviétique, que ce système fait implosé de l’intérieur plutôt que diminué du dehors .. Il a été principalement, l’échec du système de planification centrale, combinée avec le conflit interne au sein des élites et le stand passif des travailleurs (qui étaient censés être les gardiens du système) en face de l’attaque contre elle, ce qui en fait a conduit à la disparition du système soviétique. [iv] En outre, les insurrections tunisiennes et égyptiennes n’ont rien à voir avec la révolution iranienne de 1979 qui, si elle a démantelé le régime précédent, elle ne l’a pas remplacé pas le système de marché avec un nouveau système économique , ni créé de nouvelles institutions politiques, étant donné que le régime islamique actuel est un mélange de «démocratie» représentative et un système politique islamique. Cependant, la révolution iranienne a représenté une révolution culturelle dans le sens où elle a développé un nouveau paradigme social dominant pour remplacer celui existant sous le régime du Shah.

Enfin, il y’a très peu de points communs des insurrections d’aujourd’hui avec la «révolution rose» [v] postmoderne en Iran de 2008, qui est censée être toujours en cours aujourd’hui, simplement parce que quelques milliers de partisans de celle-ci, avec le soutien ouvert et massif de l’élite transnationale et de ses médias, avaient manifesté à nouveau dans une imitation grotesque des insurrections des masse populaires en Tunisie et en Egypte, alors que la grande majorité de la population semble soutenir, directement ou indirectement, le régime islamiste. Cependant, alors que la «révolution rose» était surtout une affaire de classe moyenne (Il n’y a pas eu de grève de la classe ouvrière ou de soutien pour les manifestations n’a été noté à l’époque, ou à l’heure actuelle) orchestrées et encouragées par l’élite transnationale et de ses médias – y compris la «gauche» [vi] les médias – les insurrections tunisiennes et égyptiennes ont été des insurrections de masse vraiment populaire avec une grande participation des classes sociales, malgré le fait que ces insurrections ont d’abord été boycotté par l’élite transnationale en faveur de la «stabilité», un euphémisme pour le soutien indirect des régimes clients en Tunisie et en Egypte.

Il est donc évident que les insurrections de Janvier ne peut pas être qualifiée de révolutions systémiques, mais seulement comme d’insurrections de masse visant à démanteler les régimes autoritaires précédents. Cela ne veut pas exclure bien sûr la possibilité que ces insurrections seraient peut-être les premiers pas de véritables révolutions, étant donné que les révolutions ont toujours été un processus et non un acte unique. Bien sûr, ce n’était certainement pas le but des élites transnationales et sionistes, qui, avec l’aide de l’armée dans les deux cas, ont indirectement soutenu les insurrections, afin de se débarrasser des régimes autoritaires et procéder à la «démocratisation» de ces pays, pour les raisons que nous examinerons plus loin.

[i] Takis Fotopoulos, “Mass media, Culture and Democracy”, DEMOCRACY & NATURE, vol.5, no.1 (March 1999)
http://www.democracynature.org/vol5/fotopoulos_media.htm

[ii] See Karl Polanyi, The Great Transformation, (1944) ch 6
[iii] Takis Fotopoulos, The Multidimensional Crisis and Inclusive Democracy (IJID, 2005), ch 1 http://www.inclusivedemocracy.org/journal/ss/ch1.htm
[iv] Takis Fotopoulos, The Catastrophe of Marketization, DEMOCRACY & NATURE, Vol. 5, No. 2, (July 1999) http://www.democracynature.org/vol5/fotopoulos_marketisation.htm
[v] see Takis Fotopoulos, The Pink Revolution in Iran and the “Left”, (IJID, 2009), chs 1-3
http://www.inclusivedemocracy.org/journal/books/iranian_pink_revolution/

[vi] see e.g. the role of Znet on the matter, ibid. ch 5
http://www.inclusivedemocracy.org/journal/books/iranian_pink_revolution/Chapter_5.htm
Mass media, Culture and Democracy
www.democracynature.org
A fruitful way to start the discussion of the significance of culture and its relationship to the mass media would be to define carefully our terms. This would help to avoid the confusion, which is not rare in discussions on the matter. Culture is frequently defined as the integrated pattern