M.Chakib Derouich, responsable au ministère des Droits de l’Homme, nous a informé que des mesures concrètes ont été prises pour les blessés de la Révolution. Le ministère accorde enfin à une partie des blessés de la Révolution les privilèges suivants, valables jusqu’au 31 décembre 2012:

-Une carte pour la gratuité du transport public
-Une carte pour la gratuité des soins
-Dédommagement des blessés qui se sont fait soigner avec leur propre argent ces six derniers mois
-Les blessés nécessitant des interventions à l’étranger seront envoyés au Qatar et en Turquie.
-Le blessé sera aussi prioritaire pour l’emploi dans la fonction publique. Dans le cas où les conditions de niveau d’éducation ne sont pas remplies, un membre de sa famille pourra le remplacer.
Par ailleurs, d’autres mesures seront prises au-delà de cette année pour les blessés et les familles des martyrs.

Première liste de noms des blessés transférés le 12 avril au Qatar pour se faire soigner

-Nejib Hamzaoui
-Nabil Jilani
-Bayrem Hajer Nsib

Chokri Riahi et Wael Krafi étaient aussi sur la liste mais ils étaient déjà pris en charge par les ong et associations en Tunisie et ont donc préféré continuer avec eux. Quant à Hamdi Ksouri, (sur la liste aussi) pris en charge aux USA, a préféré continuer à se faire soigner par les mêmes médecins.

Ces actions, qui ont été décidées, en collaboration avec le ministère de la Santé et la Présidence, sous l’égide de Mme Yamina Zoghlami et M.Faouzi Sadkaoui, responsables de ce dossier, sont certes une bonne nouvelle mais seulement pour une partie des blessés car selon l’absurde décret-loi n°97 promulgué sous le gouvernement Béji Caid Essebsi, seuls ceux qui ont été atteints entre le 17 décembre 2010 et le 19 février 2011 sont considérés comme “Blessés de la Révolution”.

En attendant les responsables de meurtres, des séquelles physiques et psychologiques des blessés ne sont toujours pas reconnus. En outre, l’affaire des martyrs de la Révolution ne cesse d’être ajourner. En effet, le 2 avril dernier, le tribunal militaire du Kef a décidé de reporter, pour la énième fois, le procès au 16 avril 2012.