Lors d’un entretien au sein de son ministère Sihem Badi, Ministre des affaires de la femme et de la famille a réagit à l’affaire de la jeune fille violée par des policiers.

En plus du fait d’avoir vu sa moralité remise en question par le porte parole du ministère de l’Intérieur, la victime doit maintenant se défendre puisqu’elle se retrouve également en position d’accusée.

En effet le Procureur de la République a déposé une plainte contre elle et son ami pour “obscénité ostentatoire préméditée”. Convoquée hier devant le juge d’instruction du tribunal de première instance de Tunis, en présence des avocats des deux parties, elle a été confrontée à ses agresseurs. Elle devait par la suite être entendue comme accusée. Une situation déconcertante et qui amène à s’interroger sur la façon dont cette jeune fille est traitée par la justice.

Toutefois le Procureur a décidé de reporter l’audition au 2 octobre.