Interview Abu Iadh interdite

Interview Abu Iadh interdite Crédit Photo : Radio Mosaïque FM

L’entretien avec le djihadiste Abu Iadh prévu hier pour la diffusion sur la radio Mosaïque FM a été interdit à la dernière minute par la justice. Ce matin, c’est sur les réseaux sociaux que l’interview était disponible. La justice tunisienne ne semble pas avoir capté qu’on est au XXIème siècle où plus rien ne peut être censuré, sauf si l’Etat pratique la dictature.

Selon Wikileaks, Abu Iadh travaillait pour le ministère de l’Intérieur …
Recherché depuis l’attaque de l’ambassade des Etats Unis à Tunis où des centaines d’islamistes ont assailli le bâtiment et ont incendié l’école américaine, le chef du groupe djihadiste Abu Iadh est resté en état de fuite. Il semblerait que le ministère de l’Intérieur ne serait pas parvenu à l’arrêter, chose que moi personnellement je ne crois guère. En effet, selon les révélations de wikileaks, Abu Iadh travaillait pour le ministère de l’Intérieur, (voir page 5) fait que beaucoup de monde ignore, mais passons…

Abu Iadh

La justice, tellement indépendante et moderne, a interdit l’interview avec Abu Iadh qui devait passer sur la radio la plus écoutée en Tunisie, radio Mosaïque FM. Cette censure a fait du coup du buzz. La réaction de mon entourage et de mes amis était un « LOL ».

La censure des médias officiels profite aux réseaux sociaux
Car interdire une vidéo, un article ou autre est révolu, non seulement parce qu’on est au XXI ème siècle mais parce que le peuple tunisien, surtout sa nouvelle génération ne supporte plus la censure. C’est au lecteur, auditeur ou téléspectateur de définir ses choix et non pas au gouvernement de le faire. La tutelle de la pensée est révolue, surtout pour ma nouvelle génération et celles à venir.

Pour ce qui est du contenu de l’interview, il n’est pas aussi important que le fait que quelqu’un parvienne à faire une interview avec un homme recherché par la police. Pourquoi Abu Iadh est-il donc encore libre ? Telle est pour moi la question.

A lire aussi
Attaque de l’ambassade américaine à Tunis : Quatre morts, zéro responsable