TrackTour 7

La scène rap tunisienne a connu ces dernières années l’émergence de plusieurs collectifs. Cette forme d’union apporte une dynamique particulière au mouvement hip hop, surtout qu’elle bénéficie du regroupement de plusieurs énergies créatives capables de hausser la productivité. Mis à part les rappeurs, ces collectifs comptent souvent parmi leurs membres d’autres artistes : graffeurs, vidéastes, beatmakers…etc. TrackTour vous embarque à la découverte de cinq des crews tunisiens les plus en vue.

Zomra – Tmanni Fik

C’est le dernier track de ce collectif signé El Castro et A.L.A. Mis en ligne le 12 février, il est fidèle à ligne du crew caractérisée par les paroles crues et les sonorités du nouveau rap américain, tout en restant fortement attaché à l’esthétique underground tunisienne. Le style trap et l’hommage rendu à la cité de Zahrouni dans « Tmanni Fik » en sont témoins. Le même collectif a sorti, le 05 février, un morceau en collaboration avec un nouveau crew baptisé Mi Familia. Il s’intitule « Fizga ».Il compte parmi ses membres des rappeurs comme Zoufree, Djappa Man, Black T, Bamboocha et autres.

TRLLxGNG – She’s Young

Il s’agit du collectif le plus excentrique mais aussi le plus axé sur les tendances sonores en vogue à l’échelle internationale. Bien loin de la construction courante des morceaux rap, les beats de ce crew sont très ouvertes sur l’expérimentation avec un travail particulier sur la hauteur des fréquences sonores. Une identité bien illustrée dans leur dernier track sorti le 09 février « She’s Young » où TRLLxGNG invite Katybon à balancer ses rimes aux côtés de SpvceRockt et Mvstv, deux artistes de ce crew. Leur univers, à l’esthétique résolument post-moderne, est truffé de références aux psychotropes. D’ailleurs, certaines de leurs productions sont estampillées Codéine Musik.

Gam7 – m3awla

Une lourde ligne de basse, un rythme simpliste à l’ancienne et un sample de piano : recette typique du son Gam7. Créé en 2012, ce collectif a mis en ligne son dernier morceau le 06 février. Signé Issam Absy, Brother Wizy et Walid Hogra, « M3awla » est une ego-trip sur fond d’errance mélancolique. Bien avant que les rappeurs déclament leurs rimes, c’est la voix de l’indomptable Azyz Amami qui ouvrent le morceau avec quelques vers de poésie. Le collectif compte dans ses rangs des rappeurs tels que Marwen Nordo, Mr Mustapha, Douda, Seyfou et autres. Le morceau emblématique de ce crew reste « Gam7i La Yan9assem ». Le secteur revendiqué par Gam7 est le centre-ville de Tunis et ses faubourgs comme l’indique clairement le titre « 3assima » d’Issam Absy. Et c’est sans complexe que ce collectif crie haut et fort ses penchants anarchistes dans « Anarchy’s back » et son opposition radicale aux salafistes djihadistes dans « Da3echi N** Ommou ».

Zone 5 – Zelzel

Issu de la Cité Ettadhamen, ce collectif a mis en ligne son dernier morceau le 06 février. Il s’agit d’une ego-trip aux paroles bien trashs, un attentat sonore dans le genre Dirty South. Les rappeurs Med Big M, Naqazaqi et Red se partagent les trois couplets de ce titre. Leur style se caractérise par leurs textes baignant dans le registre hard core et les sujets intimement liés à la ghettoïsation des quartiers périphériques de Tunis. Même si le nombre des rappeurs membres de ce crew est limité par rapport à d’autres, leur productivité reste relativement élevée.

Debo – 9oom

C’est certainement le collectif le plus attaché à la vieille école. Même s’il reste peu productif par rapport aux autres, il se distingue par l’authenticité de tous ses beats contrairement à la majorité des rappeurs qui adaptent au gré de leurs besoins et penchants des musiques instrumentales téléchargées du net. En témoigne ce track de Vipa produit par Trappa sorti le 16 janvier. Debo est aussi une association et un studio d’enregistrement. De quoi garantir à ce crew une infrastructure pour ses productions. Mis à part Vipa et Trappa, il compte parmi ses membres des artistes comme Katybon et Massi.