Crédit photo : West of Life, Zied Ben Romdhane

Crédit photo : West of Life, Zied Ben Romdhane

Nœud coulant d’une exigeante démarche photographique, le reportage se dénoue et se renoue chez Zied Ben Romdhane là où il n’y a rien à voir. Et pourtant, ce travail « nous regarde ». S’exerçant depuis une dizaine d’années à l’auscultation du réel tel qu’il va, ce talentueux trentenaire a toutes les bonnes raisons de ne pas se presser. S’il excelle, dans Children of the moon (2014), à faire patiemment percevoir ce que la maladie génétique XP empêche de voir, l’enjeu de son dernier photo-reportage West of life (2016) s’accentue d’autant plus qu’il s’anime d’un autre mouvement. Dans cette nouvelle série, récemment retenue dans le cadre de l’Arab Documentary Photography Program, le regard de Zied Ben Romdhane voudrait témoigner de ce qu’il faut montrer.

Des images qui nous regardent

À l’ouest est rivé le regard de Zied Ben Romdhane. Mais loin de le prendre en écharpe, la démarche de West of life s’en fait l’écho comme d’un réel cru et blessé, par émanation d’une fiction non moins troublée. Marquée par les stigmates de l’exploitation minière, Gafsa est en effet cette région du sud-ouest tunisien que Ben Romdhane arpente à la fois comme une terre connue et comme un territoire étranger. Des gisements de Redeyef aux mines de Métlaoui et aux collines d’Oum El Araies, c’est le visage fatigué mais résistant d’une terre qui ne l’est pas moins qui donne chair et épaisseur à West of life. Si le regard de Ben Romdhane est celui d’un observateur mâtiné d’intelligence, c’est parce qu’il prend le temps nécessaire à la compréhension de ses sujets. C’est l’une des forces de son travail, depuis sa belle série Waiting zone (2013) sur la détresse des immigrés en zone d’attente : pour que riment, en un seul acte engagé, le vécu de terrain et l’exigence du reportage, il faut une certaine patience. Mais il faut en même temps la distance nécessaire pour abandonner le jeu des identifications et opposer à la fausse neutralité des images qu’on voit, le point de vue de celles qui nous regardent.