6h45 du matin, vue depuis la Place du 14 janvier, l’avenue Habib Bourguiba au centre-ville de Tunis est rarement aussi vide. Il fait 30 degrés. Arrivant à la Cathédrale Saint-Vincent-de-Paul à l’autre bout de l’avenue Bourguiba, on ne peut pas rater le visage pâle d’un vieil homme allongé sur des bouts de carton. Il porte une veste rouge, un pull blanc crasseux et un pantalon noir. Hbib, 78 ans, vit dans la rue depuis 3 ans. Au premier contact avec lui, il était très réticent à l’idée de nous accorder une interview et parler de sa vie et des raisons qui l’ont poussé à se retrouver dans la rue, expliquant que ça ne va pas régler son problème s’il nous parle.