Dans votre article, vous avez voulu intentionnellement induire vos lecteurs en erreur en déclarant qu’UPS Tunisie a financé le séjour d’une délégation de nida à l’hôtel Royal Mansour, nous tenons à vous apporter les éclaircissements suivants :

1/ Pour votre information, vous auriez dû vérifier auprès des autorités compétentes que Mr Anis RIAHI n’est pas le trésorier du parti Nida.

2/ Depuis des années, Express Logistic réalise pour ses clients des cycles de formations pour faire connaitre ses produits et finaliser le budget de la prochaine année. Mr Anis RIAHI a été présent à cet effet en compagnie de ses clients et des cadres de la société et c’est tout à fait normal que la société prenne en charge ses dépenses en toute transparence.

3/ UPS n’a aucune entité légale en Tunisie pour financer qui que soit et le chèque émis de la société EXPRESS LOGISTIC est très clair et ne mentionne nullement UPS malgré cela votre journaliste persiste à inclure UPS dans votre article, votre intention est de nuire à la réputation de notre société auprès de ses partenaires alors qu’Express Logistic a plus d’une douzaine de partenaire.

4/ Vous avez prétendu que notre société a réglé les frais de la délégation de Nida à l’hôtel Royal Mansour à Mahdia et qu’elle comprend une délégation de 55 personnes plus les membres du parti pendant 2 jours. Un simple calcul mathématique sur la base d’un prix par nuitée de 160 Dinars qu’on multiplie par 55 personnes plus 25 personnes soit un total de 80 personnes, ce qui fera un montant total dû à l’hôtel de 25 600 Dinars alors que le chèque émis par notre société pour couvrir les frais dû à l’hôtel de ses clients et de ses cadres est d’un montant total de 8 691 Dinars.

Votre journal continue ses attaques pour reprocher à Mr Anis RIAHI son développement et ses investissements en Tunisie et de faire travailler des Tunisiens dans un moment ou notre pays subit une crise économique et sociale très grave au lieu d’encourager les promoteurs à investir en Tunisie. Vous avez basé vos accusations illégitimes et infondées sur des faits rapportés par certains membres du syndicat de Tunisair qui n’acceptent pas une concurrence loyale et transparente et cherche des boucs émissaires pour expliquer la situation actuelle de leur société alors qu’ils auraient dû fournir plus d’efforts pour améliorer leur services et se concentrer sur leur compagnie et non sur leurs concurrents.