C’est sans peine qu’on tombe sur l’adjectif adéquat. Drôle ? Plutôt mièvre est la comédie sociale que nous livre Kaouther Ben Hania avec Les Pastèques du Cheikh. Ce n’est pourtant pas la première fois que la cinéaste s’essaie au genre. Si sa filmographie semble de plus en plus à la remorque des actualités, elle tire ici sur un des fils de Peau de colle. Car à ce premier court-métrage de fiction, la réalisatrice de La Belle et la Meute a choisi de reprendre le personnage de l’enseignant de l’école coranique pour lui écrire une nouvelle histoire. Sur cette astuce du spin-off repose le film ; mais de son piètre programme, il ne tire qu’une substance peu heureuse.