« On l’a dessiné une vingtaine de fois avant d’arriver à ce résultat », raconte Amin Hasni, architecte, enseignant et fondateur de la H2 team. « Bien sûr, on a pensé à partir de Labib. Mais Labib est une incarnation de l’ancien régime. Il a une connotation très négative et sa forme hybride est moche ». Pour l’équipe, l’idée d’une mascotte est néanmoins au cœur de la stratégie à mettre en œuvre pour promouvoir la protection de l’environnement. « Personnage mythologique ou super-héros », ainsi l’’ont-ils pensé. Afri est une gazelle oryx du parc national de Bouhedma, le deuxième plus vaste du pays et l’une des dernières savanes de l’Afrique du Nord. Afri perd sa mère alors qu’il est encore petit et est donné à une chèvre pour être allaité. « Tué par la bêtise de l’administration », les créateurs d’Afri ont voulu en faire une icône de la protection de la faune nationale. « Il s’agit de dépersonnaliser l’Histoire », poursuit Amin Hasni, « de trouver quelque chose de consensuel, dénué de misérabilisme et de victimisation ». Et Afri n’est pas venu tout seul : la H2 team a également conçu les plans d’un mirador de contrôle destiné aux gardes forestiers ainsi qu’une plateforme web pour dénoncer, anonymement si besoin, les exactions commises à l’encontre des animaux sur tout le territoire.