Raja, 35 ans, mariée depuis 11 ans, commence sur un ton anecdotique par parler des conseils du médecin Rim Abdelmalek, professeure en maladies infectieuses qui avait appelé les couples à ne plus partager le lit conjugal pour éviter la contamination. « A l’entendre, on n’a plus droit à rien », ricane-t-elle. Ce n’est pas qu’elle regrette de ne plus avoir une vie sexuelle mais qu’elle juge une telle interdiction « inconcevable » entre époux. « Entre les tâches ménagères, les enfants et les infos déprimantes à la télé, ce n’est pas l’envie sexuelle qui me manque », lâche-t-elle. Ce n’est pas le cas de son mari, 42 ans. En tout cas, au début du confinement. « Au départ, on a trouvé que c’était bien de se retrouver plus longtemps ensemble. Tous les deux ne travaillant plus et étant plus reposés. Je prenais du plaisir à cuisiner. Lui à me voir plus disponible pour une relation sexuelle. Mais, on a fini par s’en lasser petit à petit. Moi de la cuisine, lui du sexe. On attend qu’une chose : qu’on reprenne notre vie d’avant », raconte-t-elle.