Getty image

Tout le monde a remarqué la récente effervescence des Tunisiens sur facebook pour s’échanger idées, infos (ou intox) et exprimer leur opinion enfin librement après un système chape de plomb qui n’a que trop duré ! Je trouve pour ma part qu’il s’agit d’un phénomène à la fois salutaire (enfin on peut s’exprimer librement et dire tout haut ce que l’on pense sans voir peur de la machine répressive infernale mise en place par feu Zaba et ses sinistres acolytes) et intéressant sur le plan sociologique (n’étant pas un spécialiste en la matière je laisse le soin aux spécialistes de se pencher là-dessus…dans quelques années cette effervescence fera probablement l’objet de recherches et autres thèses de doctorat).

Ceci étant dit, il y a une vidéo qui a circulé et que j’ai trouvée personnellement fort sympathique et elle énumérait les bizarreries que l’on peut voir aujourd’hui en Tunisie et qui étaient tout simplement inimaginables il y a à peine un mois. Voici le lien qui nous énumèrent une liste des ‘Ajayeb wa Gherayeb’ …dont la moindre n’est certainement pas le fait qu’un simple fils du peuple vendeur de légumes pauvre et opprimé (le héros Bouazizi paix à son âme) ait pu déclencher un cataclysme politique qui a fini par mettre à genou un dictateur sanguinaire, mégalomane et milliardaire …et qui apparaissait comme puissant et indéboulonnable ! Il s’agit vraiment d’un mythe (réel !) qui pourrait s’avérer fondateur pour les générations tunisiennes futures…David contre Goliath, les ingrédients d’une épopée grecque …Je ne pense pas exagérer en disant que si cette Révolution réussit, l’acte de Bouazizi sera, sur le plan politique, comparable à ce qu’a fait Didon (Elissa) en utilisant une simple peau de vache pour fonder Carthage et sa civilisation…Bon, je reviens sur terre. Regardez la vidéo en question avant de continuer dans mes élucubrations :

Parmi les ‘Ajayeb we Gherayeb’ qui m’ont personnellement interpellé en parcourant les différents commentaires récemment postés sur facebook l’émergence de deux nouvelles catégories politiques en Tunisie. Je m’en explique :

1- Les ‘totalocrates’ j’ai essayé de créer un mot valise en fusionnant ‘totalitaire’ et ‘démocrate’. Les tenants de cette nouvelle catégorie émergente n’arrêtent pas de poster des messages alarmants quant au péril islamiste qui guette la Tunisie tout en se déclarant clairement et sans équivoque pour la démocratie. Personnellement, je dois d’abord préciser que je n’ai aucune affinité particulière avec l’islamisme politique (pour ceux qui ont des doutes on peut en discuter plus longuement autour d’une bonne bière fraîche !). Cela dit, je ne vois pas comment on peut, au nom de la liberté et de la démocratie, exclure d’entrée de jeu une frange de la société tunisienne et jeter l’anathème dessus. Bien sûr qu’il faut mettre en place tous les garde-fous pour qu’aucun parti ou mouvement ne puisse se permettre (à l’instar du Destour puis RCD mauve mauviette) de confisquer la liberté du peuple et de mettre en place un pouvoir tyrannique et autocratique …mais cela ne doit pas viser les islamistes en particulier, cela s’applique à tous. Les fanatiques de la laïcité s’acharnent dans une véritable croisade, une chasse aux sorcières qui rappelle un peu le maccarthysme aux Etats-Unis dans les années 50. Au nom de la liberté et de la démocratie, ces messieurs-dames prétendent réfléchir par procuration à la place des Tunisiens et poser de nouveaux tabous en matière politique. Certains Atatürk en herbe vont même jusqu’à mener une campagne de dénigrement tambour battant contre Marzouki sous prétexte qu’il a rencontré certains dirigeants islamistes. Alors là chapeau ! On a vu mieux en matière de défense des libertés ! Je rappelle que dicter aux gens comment ils doivent réfléchir et qui ils doivent fréquenter est un des principes de base du totalitarisme que nous prétendons combattre afin d’instaurer une plateforme démocratique solide dans notre pays.

J’ai donc l’impression qu’on se trompe carrément de combat. Les Tunisiens ont prouvé, si besoin est, qu’ils étaient un peuple mûr et politiquement conscient et les urnes devraient trancher dans le cadre d’élections libres et transparentes …Mais commencer le jeu de l’exclusion dès aujourd’hui, et ce précisément au nom de la démocratie et de la liberté de penser, c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité !

De plus, je crois qu’on n’est pas encore dans la phase campagne électorale pour entamer le débat d’idées sur les mouvements politiques et les personnes. Aujourd’hui, la priorité à mon sens est de protéger cette Révolution contre les ennemis de l’intérieur (et du Ministère de l’Intérieur !) et de l’extérieur pour faire en sorte qu’aucun retour en arrière ne soit possible. Autrement, ceux que nous avons chassés par la porte, au prix d’énormes sacrifices et avec beaucoup de courage et de dignité, risquent de très vite revenir par la fenêtre !

2- Les ‘capitutionnaires’ autre mot-valise qui tente désespérément de fusionner les concepts de ‘capitaliste’ et ‘révolutionnaire’…et là encore, j’espère que je ne vais pas me faire traiter de communiste impénitent mode Mao Tse Toung ! Alors là c’est la vague ‘Oui alors maintenant assez rigolé et manifesté, maintenant qu’on a eu ce que l’on voulait il faut se montrer responsable et retourner au travail pour éviter au pays un désastre économique’.

Personne ne peut contester que le pays doit retourner à une vie normale au plus tôt et que nous avons tous, chacun à son niveau, du pain sur la planche au niveau économique pour faire redresser notre pays, développer certaines régions, combattre le chômage endémique et surtout effacer les traces de la corruption qui a gangréné le pays pendant deux décennies et qui a été érigée en véritable système de gouvernement.

Prétendre le contraire serait irresponsable et antipatriotique…j’espère ne pas l’être ! Ceci étant, les questions qui se posent ici sont les suivantes : Quels étaient réellement les objectifs de cette Révolution authentiquement populaire et spontanée ? Est-ce qu’ils ont été atteints ? Comment être sûrs que nous soyons restés fidèles à notre cause et à l’esprit de cette Révolution, et ne pas brader nos principes ? Quelles sont nos priorités du moment pour que la mémoire de Bouazizi et de tous les martyrs de Thala, Regueb, Kasserine et j’en passe soit honorée et non pas trahie ?

Vaste programme…Je ne prétends pas avoir de réponse péremptoire à toutes ces questions, la politique n’étant pas une science exacte, je me bornerai à exposer une modeste vision des choses qui n’engage que son auteur.

Je suis parfaitement d’accord pour dire que les gens doivent retourner à une vie normale et à leur poste de travail au plus tôt. Non seulement pour des considérations économiques, mais également pour prouver aux milices criminelles du dictateur déchu qu’ils ne nous empêcheront pas de vivre et de reconstruire notre pays. D’ailleurs le magnifique élan de solidarité et de civisme à travers ces formidables comités civils de défense est un véritable camouflet à ces mafieux sanguinaires ! Mais messieurs les jusque-boutistes de l’économie, pourquoi demander au peuple tunisien de cesser immédiatement ces manifestations pacifiques ?Jusque-là je crois que tout le monde a vu que le peuple tunisien a manifesté très pacifiquement et que pour l’essentiel la violence et les saccages venaient de l’autre côté (Dakhiliya et autres sbires et mercenaires cagoulés comme disait ce bon vieux ZABA). Alors moi je dis que l’un n’empêche pas l’autre. Dans tous les pays libres du monde, il y a annuellement des dizaines de manifestations pacifiques où les citoyens peuvent exprimer librement et pacifiquement leurs revendications sans pour autant entraver la marche économique du pays.

Alors pourquoi les donneurs de leçon veulent-ils déjà confisquer cette liberté chèrement acquise et à peine savourée ? Et de grâce arrêtez de nous jeter à la figure les notations de crédit Fitch et autres pourcentages du PIB…On nous explique savamment, avec des concepts qui donnent l’impression d’une certaine maîtrise de la science économique pour faire sérieux et crédible, que les manifestations, si elles continuent ,vont dissuader touristes et investisseurs étrangers ! Alors là chapeau, c’était précisément l’argument préféré de ZABA qu’il a utilisé dans un de ses discours pour continuer à museler la liberté d’expression et reprendre le contrôle de la situation. Mais la réponse du peuple (et je ne prétends pas parler en son nom mais c’est encore une fois mon opinion personnelle et ma vision des choses) a clairement répondu :Non, merci monsieur ZABA, notre revendication n’est plus d’ordre social et économique elle est purement politique et claire DEGAGE (FIN DE LA DICTATURE).

Avec le départ de Zinochet, on s’est débarrassé du dictateur mais pas de la dictature. Donc je pense qu’on doit encore maintenir la pression populaire pour liquider le système dictatorial ! Vous pensez que Bouaziz et les autres martyrs se sont battus pour des points de croissance de PIB ou une notation de l’agence Fitch ??? Soyons sérieux et assumons notre responsabilité devant le monde (tous les autres peuples en quête de liberté nous regardent avec espoir et admiration) et devant l’histoire (si le projet révolutionnaire capote on restera dans les annales comme la génération qui est venue à bout du tyran mais qui s’est vite désintéressée des vraies causes ,liberté et dignité, au profit de considérations bassement matérielles !

Et puis même si vous voulez parler chiffres (bien que pour moi le sang des Tunisiens tombés sur le champ d’honneur et la liberté ne peuvent pas être quantifiés en dollar), les affairistes semblent avoir la mémoire courte…Le système corrompu de feu Zinochet nous a coûté 3 à 4 points de croissance pendant 20 ans ! La fortune de ce sinistre gangster et de sa famille est évaluée entre 5 et 9 Milliards de dollars …alors si vous aimez les chiffres vous êtes servis. Les soi-disant pertes, dont on nous rebat les oreilles, sont négligeables par rapport à ces chiffres. Alors où étiez-vous pendant ce temps là ??? Messieurs les Experts économistes et autres donneurs de leçon qui essaient, consciemment ou pas, de confisquer la liberté du peuple pour sauvegarder leurs petits privilèges parfois mal acquis ? Sans doute dans les réceptions et autres cocktails de l’UTICA 7-novembriste à applaudir Monsieur Hedi Jilani et son esprit d’innovation et d’entpreneurship ? Alors de grâce épargnez-nous cette indécence…

Bouazizi et ses camarades martyrs ont clairement montré la voie …alors restons dignes et responsables jusqu’au bout et ne bradons pas notre liberté et notre dignité contre une poignée de dollars !!!

Parfois j’ai envie de crier Pauvret Tunisie qui n’arrive toujours pas à se défaire de ses vieux démons !

Karl Marx disait : Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre….Ooops je vais encore me faire traiter de cinglé marxiste et de rêveur invétéré !

A bon entendeur salut ! Vive la Tunisie Digne et Libre !