Et si on donnait à Salah Farzit un air de funk et un coup de blues à Fatma Bousseha ? Et si on faisait un remake trip hop de l’hymne national et on insufflerait plus de mélodicité à Zakataka ? A quoi ressemblerait une version folk-rock de « Gassab Oukhay » ? De 2006 à 2016, certains artistes ont su réinterpréter avec succès de cultissimes titres tunisiens jusqu’à se les approprier. Il y en a même qui en font quasiment une vocation.

Hmenou – Chrigui Baw

« Dépoussiéreur de daubes, poussiéreur de chefs-d’œuvre », c’est ainsi que Hmenou se présente. Ukulélé en main, le jeune musicien multi-instrumentiste propose une surprenante reprise funky d’un morceau culte du mezoued datant des années 80, « Chrigui bigui baw » de Salah Farzit. Après « Yak Dellali » de Hédi Habbouba et « Amm Echifour » de Fatma Boussaha, Hmenou arrive, avec Trombone Moody, à s’approprier avec subtilité le tube de Farzit à travers cette atypique réinterprétation. Sortie le 1er juillet, il s’agit de sa huitième reprise depuis sa première apparition sur Youtube en mars 2016. Résolument, c’est le digne descendant de Zemeken et Neshez (à découvrir et écouter ci-dessous).

Denya Okhra – Humat Al Hima

Après sa révélation en avril 2015 avec son premier morceau, reprise du fameux « Glory Box » de Portishead, le duo a sorti son deuxième titre, une réinterprétation trip hop de l’hymne national tunisien, un mois plus tard. Une approche atypique de « Humat Al Hima » qui la propulse dans une atmosphère aérienne et une ambiance de recueillement à travers les sons fouillés de Youssef Jerbi et la voix suave de Fatma Sfar. L’exercice est audacieux vu la susceptibilité qui a fait face à toutes tentatives de reprise de l’hymne national tunisien.

Fahmi Riahi – Ritouchi (Zakataka)

Il s’est fait connaitre il y a environ 6 ans, sur le net, par la vidéo d’une reprise de la cultissime ballade mezoued « Madhlouma » d’Abderrazek Kliou, il y était entouré par Fadhel Boubaker à l’oud et Sabry Mosbah à la guitare. Depuis, il a gagné en visibilité à travers « Ghodwa », son duo avec Ines Belaayouni et « Ghneya lik », produite par Bendir Man avec Yasser Jeradi, Amal Cherif, Najet Ounis et Hatem Karoui. Cependant, Fahmi Riahi cultive un goût prononcé pour les reprises mezoued comme celle de « Bay3etni » de Salah Farzit. Mais sa reprise la plus insolite demeure sa réinterprétation du tube de Med Amine Hamzaoui et Klay BBJ. Exit la rage du rap. Place au chant mélancolique narquois de Fahmi Riahi.

Zemeken – 3amm Chifour

Et si on donnait à la joviale et rustique « Amm Chifour » de Fatma Boussaha un coup de blues ? L’exercice pourrait sembler surréaliste, voire même hérétique pour certains. Mais Zemeken l’ont fait. Et c’est plutôt réussi, carrément renversant. Cette reprise insolite est extraite de leur album « Shakmounistan » enregistré entre 2005 et 2009. Créé en 2003, Zemeken a marqué la scène alternative avec son humour décalé, ses réinterprétions exceptionnelles et ses nombreux clins d’œil aux dessins animés suivis par les enfants des années 80.

Neshez feat Zemeken – Gassab Oukhay

Ce sont les précurseurs du genre avec, outre « Gassab Oukhay », d’autres morceaux tels que « Ba7dha 7bibti », « Hezz 3ayounik » et « Lamma Bada ». Cette formation a vu le jour en 1994 avec Haykal Guiza au chant, à la guitare et au clavier et Skander Bouassida à l’oud, aux percussions et à la basse. Neshez a sorti, sur le net, cinq albums parus entre 1998 et 2006. « Gassab Oukhay » est extrait de « Tunisino », la bande originale du film documentaire « VHS Kahloucha » de Nejib Belkadhi sorti en 2006.