Par Dr.Moncef Guen, ancien Conseiller Economique de l’UGTT.

La première révolution démocratique du 21ème siècle, la révolution tunisienne, a pour le moment réussi. Une solidarité magnifique entre l’UGTT, le fer de lance de la révolution et la force organisée du peuple et l’armée, issue du peuple, a permis cet évènement historique. Le peuple tunisien donne l’exemple au monde arabe et, tout simplement, à tout le monde.

Il est essentiel que la révolution aboutisse à la création d’une 2ème République. La phase prochaine est celle d’une transformation constitutionnelle d’un régime présidentiel dans lequel un individu accapare le pouvoir et devient vite, son entourage et la folie des grandeurs aidant, un tyran. Le régime actuel est incubateur de dictature. Il faut le briser et le remplacer par un régime démocratique et parlementaire à l’instar de la Turquie, l’Angleterre, l’Allemagne, la Suisse, l’Australie, le Japon et les pays scandinaves.

Le futur président doit s’engager à effectuer cette transformation dans les soixante jours de son élection, sinon le peuple le chassera du pouvoir. Il doit permettre l’élection démocratique d’une Assemblée Constituante qui opérera rapidement la proclamation d’une nouvelle Constitution et l’éclosion d’un nouveau régime républicain, la 2ème République.

Je lance un appel à l’organisation de Farhat Hached, l’UGTT pour créer un parti travailliste tunisien et œuvrer immédiatement à mettre en place cette nouvelle République sans laquelle la révolution tunisienne aura raté son devenir et n’aura pas fait long feu. Le sacrifice des martyrs de décembre 2010 et janvier 2011 aura été vain. Il ne suffit pas de changer les hommes, il est nécessaire de changer de système.

Une nouvelle politique économique, proche du peuple et visant à lui assurer le plein emploi, l’équilibre des revenus et l’équilibre des régions, sera alors possible.