ness-nessma-nidaa-karoui

Capture d’écran : l’émission Ness Nessma News du 14 mars 2015.

Les slogans sont souvent trompeurs. Nessma le confirme. Elle a beau à prétendre être « la chaîne du Grand Maghreb » ou « la chaîne de la famille ». Mais c’est avant tout et après tout, la chaîne de Nabil Karoui et de ses ambitions politiques. Une observation de l’émission Ness Nessma News du 01 mars au 08 avril l’atteste.

Durant cette période, 10 sur 27 numéros de Ness Nessma News ont reçu des partisans de Nidaa Tounes. 6 numéros se sont intéressés à la crise qui a secoué le parti. Diffusée en temps normal du lundi au vendredi à partir de 19h, l’émission a présenté aux téléspectateurs 2 éditions « spéciales » portant sur le même sujet et exceptionnellement diffusées dimanche 08 mars et samedi 14 mars à des horaires inhabituels. Le comble, c’est que la participation à tous ces « débats » a été exclusivement réservée à des figures de l’aile dissidente de Nidaa Tounes, un courant dont l’un des fervents défenseurs n’est autre que Nabil Karoui, le patron de Nessma.

4 figures du courant dissident de Nidaa Tounes ont été des habitués de l’émission diffusée en access prime time durant les 40 derniers jours. Il s’agit de Khemais Ksila et Taoufik Bouaachba avec 4 passages pour chacun. Abdelaziz Kotti avec 3 passages et Khaled Chouket avec 3 passages et une intervention par téléphone. 4 autres figures du parti ont été conviées à l’émission à deux reprises chacune. Ce sont Ibtissem Jebabli, Oussema Khlifi, Amina Rekik et Ahmed Saglaoui. Trois autres membres de Nida Tounes ont participé à des numéros de Ness Nessma News consacrés à la crise interne au parti : Ons Hattab, Elissa Mourali et Leila Ouled Ali. Bref, que des partisans de l’aile dissidente. Des invités sans contradicteurs. L’objectivité est certainement relative. Mais là, c’est de la propagande absolue.

A part cette mise en avant des tribuns de la bande à Karoui et les émissions « spéciales » qui bouleversent la grille des programmes de Nessma, la chaîne va jusqu’à déployer des moyens exceptionnels, lundi 09 mars, en assurant un duplex depuis les Berges du Lac. Une réunion des partisans du courant dissident de Nidaa Tounes s’y tenait. La chaîne a titré dans un carton en bas de l’écran : « Réunion des membres du groupe parlementaire de Nida Tounes ». Une désinformation claire et nette.

Il ne faut surtout pas parler d’une « aile dissidente » sur Nessma. Ce n’est pas l’expression d’usage pour la chaîne. Elle a plutôt adopté le nom que les leaders de ce courant lui ont donné : « le groupe de la rectification de la trajectoire » (« Tas’hih al-massar », traduction littérale depuis l’arabe, ndlr).

Rappelons que lors de sa réunion du samedi 14 mars, la frange dissidente de Nidaa Tounes qui a tenu un controversé « conseil national » a appelé à intégrer Nabil Karoui dans le comité constitutif, la plus haute instance de décision du parti. Une demande qui va à l’encontre des dispositions du cahier des charges de la Haute Autorité pour l’Information et la Communication Audiovisuelle (HAICA). Pourtant, Nabil Karoui a signé, en octobre 2014, un engagement sur l’honneur l’obligeant à le respecter. De quoi pousser la HAICA à publier un communiqué, le 16 mars dernier, annonçant l’ouverture d’une enquête au sujet des affiliations politiques du patron de Nessma. Nabil Karoui rétorquera en reprenant le fil de son réquisitoire contre la régulation des médias.