Le 17 octobre 2006, les autorités tunisiennes ont fait parvenir au domicile tunisien du Dr. Moncef Marzouki une convocation pour le 21 octobre devant le juge d’instruction et ce, sous les chefs d’accusation des plus “grotesques qui soient : l’incitation à la violence“. Encore une accusation fallacieuse de la part de la dictature pour intimider et terroriser ceux qui cherchent à lutter (moukawama, selon l’expression de Moncef Marzouki) contre l’oppression actuelle.

Pourtant… et tel que le montre cette séquence extraite de son intervention sur El Jazeera en date du 14 octobre 2006, le Dr. Moncef Marzouki ne peut pas être plus explicite dans son discours tant il insiste sur le caractère pacifique de sa lutte (“bi sifa silmiyya …oua ulihhou, bi sifa silmiyya”)

En tout état de cause, voici le communiqué de M. Marzouki relatif à ce énième harcèlement par les autorités tunisiennes (version française suivie de la version arabe).

Paris le 18-10-2006

Communiqué

Le Samedi 14 octobre, je suis intervenu sur la chaîne Al Jazeera pour parler de la situation de total blocage dans lequel vit la Tunisie depuis des années sous la coupe implacable d’un régime policier de plus en plus fermé. J’ai soutenu que la seule riposte d’une population lassée de la répression et de la corruption est de rentrer dans une résistance civile en utilisant tous les moyens pacifiques pour imposer ses droits et libertés.

J’ai annoncé aussi que je rentrerai au pays le 21 de ce mois pour être avec les Tunisiens dans leur combat pour la démocratie.

Hier les autorités tunisiennes ont fait parvenir à mon domicile(vide) à Sousse, et à mon frère une convocation devant le juge d’instruction …pour le 21 octobre justement et sous les chefs d’accusation le plus grotesque qui soit : L’incitation à la violence.

Il est clair que cette convocation (la nième) vise à me punir pour mes prises de position et surtout à m’intimider afin de ne pas rentrer au pays.
Après réflexion et consultation avec mes amis, j’ai décidé de rentrer au pays le 21 octobre comme décidé, d’assumer toutes les risques, de persister dans mon appel aux Tunisiens de refuser la soumission à un régime qui les a dépossédés de leurs libertés et droits les plus fondamentaux.

Dr. Moncef Marzouki
Président du Congrès pour la République (parti interdit)



باريس في 18 أكتوبر 2006

بيان صحفي

يوم السبت 14 اكتوبر تدخلت على قناة الجزيرة للرد على أسئلة حول الوضع في تونس التي تعيش منذ سنوات في قبضة نظام بوليسي يزداد انغلاقا وتعسفا يوما بعد يوم. وقد دافعت في هذا الحديث عن موقف يدعو لاعتماد كل أساليب المقاومة المدنية السلمية لفرض حقوقنا وحرياتنا المصادرة. ثم أعلنت عن عودتي لتونس يوم 21 أكتوبر لمشاركة التونسيين في نضالهم.

يوم 17 أي البارحة أوصلت السلطات إلى بيتي( الفارغ) في سوسة، ثم إلى أخي استدعاء للمثول أمام حاكم التحقيق يوم 21 بتهمة التحريض….. على العنف .

ومن البديهي أن هذه القضية الجديدة المثارة ضدي ، وما أكثر القضايا التي تابعني بها النظام ، تشكل عقابا لمواقفي وخاصة محاولة لإرهابي حتى لا أعود لتونس.

وبعد التفكير واستشارة أصدقائي ، قررت العودة في الموعد المحدد وقبول كل الأخطار وتجديد الدعوة للشعب التونسي ليقاوم التعدي على حقوقه وحرياته بكل الوسائل المدنية والسلمية كما ذكرت في مداخلتي على الجزيرة وفي كل كتاباتي .

د. منصف المرزوقي
رئيس حزب المؤتمر من اجل الجمهورية ( المحظور)


Si vous avez un site web ou blog, n’hésitez pas à afficher cette vidéo en guise de soutien à M. Marzouki tout comme pour pour protester d’ailleurs contre les pratiques scandaleuses des autorités tunisiennes.

Voici le code à insérer :

<center><embed style="width:400px; height:326px;" id="VideoPlayback" type="application/x-shockwave-flash" src="http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=-3942475626615172285&hl=fr"> </embed></center>

Cette vidéo se trouve sur Google sur ce lien :
http://video.google.fr/videoplay ?docid=-3942475626615172285

Astrubal, le 19 octobre 2006