Habib Bourguiba

Par Dr Mohamed Lassoued.

L’histoire ne se souviendra que de ceux qui la font..

Bourguiba est de ceux là, il a survécu à vingt-trois ans de calomnie et son image en est sortie indemne et a même grandi aux yeux de ses partisans et certains de ses adversaires d’hier.

Pour ceux qui n’ont pas connu cet homme d’exception, ils peuvent se référer à l’homme de sagesse et d’expérience qu’est Beji Caied Essebsi et son livre “Habib Bourguiba Le Bon Grain et L’Ivraie”.

Comment ne pas être en accord avec ce tribun hors pair, cet orateur immense et inspiré, le regard flamboyant, fougueux, passionné, martelant la table de son poing, tantôt pathétique, tantôt révolté, conteur, captivant, pédagogue, talentueux, toujours persuasif.

Il est hors de propos pour moi de rappeler ou de faire allusion même en partie à son œuvre et ses réalisations. Je veux seulement dire a ceux qui veulent bien m’écouter que j’ai milité dans un parti politique le PSD dont le leader qui était en même temps le president de la république, louait un avion de Tunisair pour ses déplacements à l’étranger et qu’il remettait, à son retour, au gouverneur de la banque centrale ce qui lui restait de ses frais de mission en devise étrangère, ce qui en dit sur le reste.

Je revendique le droit d’aimer cet homme. Je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour lui en écoutant parler Caied Essebsi, il en a la prestance, le sens de l’improvisation, la réplique facile et qui fait toujours mouche sans que l’élève ait dépassé le maître.

Le même sentiment m’envahit en écoutant Maya Jribi.. Quelle relation me diriez vous ?!

Sacrée Maya Jribi, elle est la femme Tunisienne tel que Bourguiba l’aurait voulu: volontaire, cultivée, honnête, intransigeante.

Je l’invite expressément à participer à la cérémonie de commémoration de sa mort Mercredi prochain à Monastir, cela ne fera pas d’elle une Destourienne pour autant (bien que ça n’a rien de déshonorant), elle en sortira grandi en reconnaissant à un Homme ses mérites quand il en a et en accomplissant un acte de respect envers un homme qui a mérité de la nation et de la femme Tunisienne en particulier.

J’ai toujours en mémoire cette image pleine de symbole où Bourguiba écartait le SAFSARI d’une jeune Tunisienne et le faisait tomber sur ses épaules pour lui faire découvrir le visage et la tête .

C’était un engagement, une promesse.. Maya Jribi et ses semblables sont là pour rappeler à tout le monde qu’il tenu sa promesse..