islam-alcool-porc

Avertissement : Cet article est respectueux du coran mais horriblement blasphématoire pour tout croyant aux hadiths. Ceux là sont priés de ne pas lire cet article qui risque de heurter leur âme sensible. Une version soft, pour débutants, de ce que pense l’auteur des hadiths existe ici.
Le terrorisme ne devrait pas pouvoir nous dévier de ce que nous comptions faire (19 Mars 2015).

L’actualité de ce que l’on fait dire au coran étant ce qu’elle est, Jinn Dukhani se doit d’intervenir dans le débat concernant ce qui est autorisé ou non à ingurgiter dans l’islam, aussi bien sur un plan biologique que spirituel.

Partie 1 : Buvez de l’alcool si vous voulez, c’est Halal (autorisé)

Mr Talbi, avec son association de salafistes (voir article précédent), certes relativement modérés, nous explique qu’il est permis de boire de l’alcool, tout en disant que l’alcool est “la mère des maux” (أمّ الخبائث), ce qui n’est évidemment pas une citation coranique. Monsieur Talbi donne l’exemple de la recommandation supposé être coranique de “ajtanibouh” (évitez le) et affirme qu’il n’a jamais bu et ne boira jamais une goutte d’alcool.
Dès lors, à la version salafiste modérée du “vous pouvez en boire mais il vaut mieux éviter d’ailleurs j’en bois pas”, Jinn Dukhani se doit de rectifier le tir par un franc “buvez avec modération, mais ce n’est pas obligatoire”, en ajoutant, “j’en ai bu, j’en bois et j’en boirai encore”.

Dans les livres de ragots et de niaiseries dont s’enivrent les salafistes pour comprendre ce que Allah dit, il est dit que les gens à la Mecque étaient de vulgaires pochetrons et qu’Allah a du s’y prendre par étapes pour leur passer le goût du vin.
Sans même sortir le coran, on peut d’ores et déjà dire que c’est une ânerie du point du vue climatique et commercial. N’importe quel agriculteur vous dira qu’il n’y a pas moyen de faire pousser correctement un vignoble en plein sahara et que le vin qui traverse le sahara à dos de chameau arrive en état de piquette imbuvable. Imaginer de l’alcool à flots dans une Mecque pleine de bistrots à l’époque de la Jahiliya est donc une hallucination collective des salafistes provoquée par une consommation abusive de Hadiths (pour être honnête, voir chouyoukhs 9, Jinn Dukhani ne voit aucun rapport entre la Mecque et le prophète).

Toujours dans les contes débiles dont se saoulent nos islamistes et qui prétendent faire la biographie du prophète, il est bon de rappeler que la mythique et richissime Khadija a dû essuyer un refus paternel lorsqu’elle lui demanda son consentement pour épouser son employé de 15 ans son cadet (en langage courant, ça s’appelle un gigolo). Devinez un peu comment le futur prophète et sa future promise ont convaincu le papa ou tonton ou tuteur (ils ne sont jamais d’accord ces biographes) récalcitrant ?
Eh bien, ils lui ont bourré la gueule avec du pinard jusqu’à obtention de l’accord!
Le mariage du prophète et de la “mère des croyants” serait donc une thakmira et une tromperie selon les “cuitards” aux hadiths.

Passons aux choses sérieuses.
Avant tout, il est bon de rappeler que le coran s’adresse à deux peuplades. La première est constituée des humains tandis que la seconde est le monde des Djinns (voir chouyoukhs 6), soit le monde des esprits qui habitent à l’intérieur des humains. Inss Dukhani vient du premier monde et Jinn Dukhani vient du second. Il y a souvent une double lecture des versets coraniques. La première est orientée biologiquement pour les insans et la deuxième spirituellement pour les jinns.

On a vu aussi dans les articles précédents que les poilus de la face n’ont pas leur pareil pour changer le sens donné aux mots. Aussi, il nous faut faire très attention quand un grand poilu, avec la théâtralité qu’on leur connaît, mimant le savoir, nous dit que le khamr c’est le vin.

الخاء والميم والراء أصلٌ واحد يدلُّ على التغطية، والمخالطةِ في سَتْر.
خمر – مقاييس اللغة

Ainsi le khamr est extrait d’une racine qui signifie sous couvert ou quelque chose qui se mélange en cachette (ou de façon relativement invisible). C’est applicable au vin de par la fermentation à la base du procédé fabrication. Cela s’applique aussi au pain, au yaourt et à tous les alcools, vin ou nabidh, legmi compris (les discussions byzantines d’oulémas qui tentent de faire une distinction “islamique” entre ces délicieuses boissons sont totalement stupides d’un point de la science -nettement plus instructive- de fabrication des produits alcoolisés). Le dictionnaire nous sort aussi comme takhmira le fait de se fondre dans une foule.
Un dérivé amusant qui semble plausible à Jinn Dukhani, selon un prestigieux poilu de la face habitué des plateaux télé serait la khomra, sorte de tapis que reniflerait 5 fois par jour des poivrots du Hadith. A éviter donc.

Le verset 24-31 utilise le mot khomour pour les voiles que les femmes fidèles à Dieu doivent rabattre sur leur poitrine (jayb). Jinn Dukhani, naturellement à contre sens des poilus de la face, opterait pour Khomour = Seins et jayb=ouverture du vêtement. Khimar s’applique aussi aux voiles d’origine païenne que se mettent sur la tête certaines femmes, tout aussi pochardes en gnôle fabriquée à partir de commérages du moyen âge, pour montrer, par une laideur extérieure, qu’elles sont belles intérieurement (voir chouyoukhs 8).

Passons au mot Sakkara qui signifie, parait-il ivresse. L’origine linguistique du mot est ceci:

السين والكاف والراء أصلٌ واحدٌ يدلُّ على حَيرة. من ذلك السُّكْر من الشراب.
سكر – مقاييس اللغة

السَكْرانُ: خلافُ الصاحي، والجمع سَكْرى وَسَكارى.
سكر – الصّحّاح في اللغة

L’Etat de sakr est donc un état de confusion qui s’oppose à l’état d’éveillé (valable pour le inss et le jinn).
Allah utilise ce mot dans les versets (15-15;15-72;16-67;50-19, 4-43;22-2) où seuls les versets 16-67, 4-43 pourraient être imputés à l’alcool. Un exemple de sakra non éthylique est ici:

15-72 لَعَمْرُكَ إِنَّهُمْ لَفِي سَكْرَتِهِمْ يَعْمَهُونَ Par ta vie ! ils se confondaient dans leur délire.

L’état de délabrement mental provoqué par des bouquins moyenâgeux et des serments débiles est clairement ainsi assimilable à de l’ivresse. Le khamr est alors les idées saugrenues qui fermentent dans le cerveau de toute cette smala de faux savants.

Reprenons maintenant les seuls versets où du khamr à l’état liquide est clairement identifiable.

16-67 وَمِن ثَمَرَاتِ النَّخِيلِ وَالأَعْنَابِ تَتَّخِذُونَ مِنْهُ سَكَرًا وَرِزْقًا حَسَنًا إِنَّ فِي ذَلِكَ لآيَةً لِّقَوْمٍ يَعْقِلُونَ Des fruits des palmiers et des vignes, vous retirez une ivresse (sakran) et une richesse bonne. Il y a vraiment là une preuve pour des gens qui raisonnent .

L’affaire est close. Nous avons là une claire hallalisation (autorisation) de l’ivresse extraite du raisin et des dattes (Jinn Dukhani ne fait pas partie des mécréants qui se mettent à raturer le coran en fonction des pseudosciences de naskh et mansoukh et de l’ordre de révélation).

Allah ne s’arrête pas la. Devinez quel est le plus grand bar de l’univers ?:

47-15 مَثَلُ الْجَنَّةِ الَّتِي وُعِدَ الْمُتَّقُونَ فِيهَا أَنْهَارٌ مِّن مَّاء غَيْرِ آسِنٍ وَأَنْهَارٌ مِن لَّبَنٍ لَّمْ يَتَغَيَّرْ طَعْمُهُ وَأَنْهَارٌ مِّنْ خَمْرٍ لَّذَّةٍ لِّلشَّارِبِينَ وَأَنْهَارٌ مِّنْ عَسَلٍ مُّصَفًّى وَلَهُمْ فِيهَا مِن كُلِّ الثَّمَرَاتِ وَمَغْفِرَةٌ مِّن رَّبِّهِمْ كَمَنْ هُوَ خَالِدٌ فِي النَّارِ وَسُقُوا مَاء حَمِيمًا فَقَطَّعَ أَمْعَاءهُمْ Voici la description du Paradis qui a été promis aux pieux : il y aura là des ruisseaux d’une eau jamais malodorante, et des ruisseaux d’un lait au goût inaltérable, et des ruisseaux d’un vin délicieux à boire, ainsi que des ruisseaux d’un miel purifié. Et il y a là, pour eux, des fruits de toutes sortes, ainsi qu’un pardon de la part de leur Seigneur. [Ceux-là] seront-ils pareils à ceux qui s’éternisent dans le Feu et qui sont abreuvés d’une eau bouillante qui leur déchire les entrailles ?

Les salafistes risquent de ne pas se plaire dans un tel lieu de débauche.

83-22 إِنَّ الْأَبْرَارَ لَفِي نَعِيمٍ Les bons seront dans [un jardin] de délice,
83-23 عَلَى الْأَرَائِكِ يَنظُرُونَ sur les divans, ils regardent.
83-24 تَعْرِفُ فِي وُجُوهِهِمْ نَضْرَةَ النَّعِيمِ Tu reconnaîtras sur leurs visages, l’éclat de la félicité.
83-25 يُسْقَوْنَ مِن رَّحِيقٍ مَّخْتُومٍ On leur sert à boire du Rahiq (“vin pur et vieux”), cacheté,
83-26 خِتَامُهُ مِسْكٌ وَفِي ذَلِكَ فَلْيَتَنَافَسِ الْمُتَنَافِسُونَ laissant un arrière-goût de musc. Que ceux qui la convoitent entrent en compétition [pour l’acquérir]

Et pour vous éviter d’aller voir le dico:

الرَّحِيقُ: من أَسماء الخمر معروف؛ قال ابن سيده: وهو من أَعْتَقِها وأَفضَلها، وقيل: الرَّحِيقُ صَفُوة الخمر.
رحق – لسان العرب

Le Rahiq est bien le meilleur, le plus vieux et le plus pur des vins.
Et voilà que nos pauvres salafistes se retrouvent avec un paradis à fermer pour servir de l’alcool. Pour ne rien arranger, le patron, forcément mécréant, de ce super méga-géant-bistrot qui servirait de l’alcool aux bons musulmans n’est rien de moins qu’Allah.

Maintenant que nous savons que coraniquement l’alcool est servi dans l’endroit le plus pur de l’islam, avec bonne ivresse et bonne richesse, comme un stimulant à la bonne réflexion et à la bonne ambiance (ce qui n’étonnera aucun pratiquant dans les réunions amicales ou d’affaires), et que nous savons que la sakra peut être non éthylique, il est temps de passer au mauvais khamr:

4-43 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تَقْرَبُواْ الصَّلاَةَ وَأَنتُمْ سُكَارَى حَتَّىَ تَعْلَمُواْ مَا تَقُولُونَ وَلاَ جُنُبًا إِلاَّ عَابِرِي سَبِيلٍ حَتَّىَ تَغْتَسِلُواْ وَإِن كُنتُم مَّرْضَى أَوْ عَلَى سَفَرٍ أَوْ جَاء أَحَدٌ مِّنكُم مِّن الْغَآئِطِ أ َوْ لاَمَسْتُمُ النِّسَاء فَلَمْ تَجِدُواْ مَاء فَتَيَمَّمُواْ صَعِيدًا طَيِّبًا فَامْسَحُواْ بِوُجُوهِكُمْ وَأَيْدِيكُمْ إِنَّ اللّهَ كَانَ عَفُوًّا غَفُورًا les croyants ! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes SOUKARA afin ce que vous compreniez ce que vous dites, ni “distants/de biais” sauf “pour traverser un sabil (voie venant de haut) particulier” jusqu’à ce que vous laviez. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d’eau, alors ayez l’intention de faire une bonne “ascension vers le haut”, et essuyez vos visages et vos mains. Allah, en vérité est Indulgent et Pardonneur .

La salat, comme ce cher Dukhanus vous l’a expliqué dans chouyoukhs 5 (voir aussi prochain article), est l’acte de se connecter à Dieu (qui est toujours connecté là haut pour ses fidèles (2-157;33-43) généralement en lisant son bouquin. Lorsqu’on lit un livre, le minimum est d’essayer de comprendre et de ne pas être en état de “fermeture” ou de confusion provoquée par je ne sais quoi.
Les seuls êtres vivants sur terre qui lisent un bouquin sans l’intention de le comprendre sont évidemment les musulmans avec le coran. Les receleurs de gnôle à base de hadiths pourris leur ont expliqués en long, en large et en travers que le coran, lumière (Nour) d’Allah est totalement obscur et que c’est seulement les bouquins des grands poilus de la face qui permettent de mettre la lumière sur la lumière d’Allah. Eh oui, en toute piété, ces saoulards de la fermentation cheikhale avouent eux mêmes qu’avec seulement Allah et ses paroles, les pauvres sont dans les ténèbres d’Allah. Si vous leurs montrez des versets, ils sont aveugles, si vous les leur lisez, ils sont sourds, et si vous tenter d’en débattre, ils refusent de comprendre.

Du coup, leur truc pour lire le coran sans avoir à le comprendre est de le faire en faisant des gesticulations bizarres totalement inadaptées à une bonne lecture, 5 fois par jour, pendant qu’ils récitent le coran en servant généralement à Allah les mêmes versets grappillés dans les sourates les plus courtes. Et c’est ces gens là, qui récitent le coran sans rien y piger, en s’interdisant tout effort intellectuel personnel, en faisant des clowneries en le récitant, en arabe même s’ils ne sont pas arabophones et qu’ils n’en pipent pas un mot, qui disent que s”ils ne boivent pas du vin, c’est ….justement pour être capable de comprendre ce qu’ils disent.

Jinn Dukhani, à qui cela arrive de lire son bouquin préféré avec un bon verre à la main (pas le matin quand même, pour le verre), confortablement assis, recommande à chacun de se ménager ce qu’il estime être les conditions idéales pour comprendre le coran lorsqu’il le lit, au moins comme pour n’importe quel autre livre. Est ce si bizarre ?

Passons aux versets victorieusement brandis par nos dipsomanes de Hadiths :

5-90 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ إِنَّمَا الْخَمْرُ وَالْمَيْسِرُ وَالأَنصَابُ وَالأَزْلاَمُ رِجْسٌ مِّنْ عَمَلِ الشَّيْطَانِ فَاجْتَنِبُوهُ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ les croyants ! Le Khamr, le Mayssar, les Ansab, les AZLAM sont un RIJSS du Diable. Evitez LE (Ajtanibouhou) peut être réussiriez vous.
5-91 إِنَّمَا يُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَن يُوقِعَ بَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةَ وَالْبَغْضَاء فِي الْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ وَيَصُدَّكُمْ عَن ذِكْرِ اللّهِ وَعَنِ الصَّلاَةِ فَهَلْ أَنتُم مُّنتَهُونَ Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le Khamr et le Mayssar, l’inimité et la haine, et vous détourner d’invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin ?

Si vous permettez, nous allons laisser tomber les traductions avec les jeux de hasards, les pierres dressées, les flèches de divination, les abominations, les péchés et tout le bazar. Jinn Dukhani rappelle d’ailleurs , sans trop s’attarder, que Zacharie a gagné l’enjeu du tutorat de Marie au tirage au sort (3-44) , que Younes a mis sa vie en enjeu au tirage au sort (37-141) et que Salomon adorait se faire faire des statues pour décorer son palais (34-13) .
Sceptiques comme le sont les lecteurs de Dukhani, il va être fait directement appel aux dicos.

الراء والجيم والسين أصلٌ يدلُّ* على اختلاطٍ. يقال هُمْ في مَرْجُوسَةٍ مِن أمرِهم، أي اختِلاط.
ومن الباب الرِّجْس: القَذَر؛ لأنّه لَطْخٌ وخَلْط.
رجس – مقاييس اللغة

الياء والسين والراء: أصلانِ يدلُّ أحدُهما على انفتاحِ شيءٍ وخِفّته، والآخرُ على عُضوٍ من الأعضاء.
يسر – مقاييس اللغة

النون والصاد والباء أصلٌ صحيح يدلُّ على إقامةِ شيءٍ وإهدافٍ في استواء
نصب – مقاييس اللغة

الزاء واللام والميم أصلٌ يدل على نَحَافةٍ ودِقّة في ملاسة.
ومن الباب المُزَلَّم: السيِّئ الغِذاء، وإِنَّما قيل لـه ذلك لأنه يَنْحَف ويَدِقُّ
زلم – مقاييس اللغة

Le terme ajtanibouhou (et non ajtabouha ou ajtanibouhom) dans le verset 5-90 est bien conjugué à une forme singulière. Ce n’est pas les 4 choses qui sont à éviter mais le rijss qui en découle. Et le rijjs c’est n’est pas du péché mais simplement le mélange plutôt pourri et confus des ces 4 ingrédients. Les pochetrons qui confondent Rijjs et péché sont invités à lire ces versets où Allah déclare lui même balancer du rijss sur les mécréants : 8-125, 7-71,9-125,10-100 et histoire de ne pas se ramener au jugement dernier en accusant d’Allah d’inciter au péché. Le mayssar dérive d’une racine qui signifie facilité et légèreté. Les Ansab dérive d’une racine qui signifie une chose qu’on dresse à dessin d’exposer (nassba se dit d’un chalandage commercial). Azlam dérive d’une racine qui signifie maigre et fin au toucher. Mouzallam se dit d’une mauvaise nourriture, pas consistante.

D’un point de vue spirituel (basculer en mode Jinn, SVP), cela s’applique parfaitement aux exégèses pourris de vos cheikhs qui vous ont expliqués l’islam. Des raisonnements mal fermentés, conduits avec légèreté en sombrant dans une facilité et une niaiserie sans égal, achalandés comme science pure par des poilus de la face qui vivent des absurdités qu’ils vendent et qui sont totalement inconsistantes et maigres spirituellement.
Dire que les 4 ingrédients de 4-90 sont les ingrédients par excellence que le chaytan utilise; via ses poilus savants pour vous fourguer sa bibine infecte afin de vous égarer du Sabil d’Allah est une évidence (sabil comme en témoigne le robinet que vous appelez sabbala, signifie le flux de haut en bas et ibn el sabil n’est pas un voyageur. Vous quittez le sabil d’Allah dès que échangez le Rahiq d’Allah, à savoir le coran, contre du tord-boyaux satanique à base de commérages d’origine inconnue, avec une étiquette trompeuse, soit disant prouvant une origine contrôlée authentique “Sahih”. Mais que fait la défense du consommateur ?).

Côté biologique (prière rebasculer en mode Inss, SVP), il vous est bien sûr déconseillé d’ingurgiter ce qui est préparé sans que vous sachiez comment (mélangé à votre insu), bâclé (facilité), enjolivé artificiellement (nassb) et inconsistant sans valeur nutritive même si c’est bien présenté (Zilm).

Pourchassés dans leurs derniers retranchements, les oulémas poilus nous sortent ce couple de versets.

2-219 يَسْأَلُونَكَ عَنِ الْخَمْرِ وَالْمَيْسِرِ قُلْ فِيهِمَا إِثْمٌ كَبِيرٌ وَمَنَافِعُ لِلنَّاسِ وَإِثْمُهُمَآ أَكْبَرُ مِن نَّفْعِهِمَا وَيَسْأَلُونَكَ مَاذَا يُنفِقُونَ قُلِ الْعَفْوَ كَذَلِكَ يُبيِّنُ اللّهُ لَكُمُ الآيَاتِ لَعَلَّكُمْ تَتَفَكَّرُونَ – Ils t’interrogent sur le Khamr et Mayssar. Dis : «Dans les deux il y a un grand ITHM et des avantages pour les gens; mais dans les deux, le ITHM est plus grand que l’utilité». Et ils t’interrogent : «Que doit-on dépenser (en charité) ? » Dis : « L’excédent de vos bien.» Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez
7-33 قُلْ إِنَّمَا حَرَّمَ رَبِّيَ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ وَالإِثْمَ وَالْبَغْيَ بِغَيْرِ الْحَقِّ وَأَن تُشْرِكُواْ بِاللّهِ مَا لَمْ يُنَزِّلْ بِهِ سُلْطَانًا وَأَن تَقُولُواْ عَلَى اللّهِ مَا لاَ تَعْلَمُونَ Dis : «Mon Seigneur n’a interdit que les FAHICHAS, tant apparentes que secrètes, de même que le ITHM, et le BAGHY “SANS VERITE” sans droit et d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas».

Ensuite, par un tour de passe passe interprétatif totalement léger et niais (mayssar), grâce au lien du mot ITHM, 2-219 devient une interdiction absolue sans égards aux avantages et sans faire attention au “sans vérité” juste après qui laisse entrevoir la possibilité que le ithm et le baghy (envie ou prostitution, au choix) pourrait être autorisé si c’est pour la cause de la vérité.

الباء والغين والياء أصلان: أحدهما طَلَب الشيء، والثاني جنسٌ من الفَساد.
بغي – مقاييس اللغة

الهمزة والثاء والميم تدلُّ على أصلٍ واحد، وهو البطء والتأخُّر. يقال ناقة آثِمةٌ أي متأخِّرة. قال الأعشى:والإثم مشتقٌّ من ذلك، لأنَّ ذا الإثمِ بطيءٌ عن الخير متأخّر عنه.
أثم – مقاييس اللغة

Allah recommande plusieurs fois de faire du baghy vis à a vis de lui (comprendre envier ses grâces, sa clémence, sa satisfaction et là c’est pas pêché).
Le dictionnaire étymologique nous revoie donc au sens de lenteur et d’arriération pour le mot ITHM. le mot revient toujours dans le coran avec un contexte péjoratif. Mais vu le sens, Jinn Dukhani vous recommande de faire la maximum de ithm possible sur la voie de Satan et des ragots colportés sur le prophète. Et là, c’est garanti Halal.

Encore une fois, rien n’indique clairement que le khamr indiqué dans 2-219 soit liquide. Il n’y a ni verre, ni rivière, ni dattes ni raisins comme dans les versets clairs cités précédemment faisant de ce que ce qui est extrait de ces fruits une liqueur bénie servie au Paradis pour la bonne ivresse qu’elle fournie.

Mais admettons que c’est du vin qu’il s’agit.
Le plus grand des patrons de bistrots nous indique que chez lui, au bar du Paradis, chez Allah:

52-23 يَتَنَازَعُونَ فِيهَا كَأْسًا لَّا لَغْوٌ فِيهَا وَلَا تَأْثِيمٌ Là, ils se passeront les uns les autres une coupe qui ne provoquera ni vanité ni incrimination.
56-25 لَا يَسْمَعُونَ فِيهَا لَغْوًا وَلَا تَأْثِيمًا Ils n’y entendront ni futilité ni blasphème;

Et là, nos traducteurs (Jinn dukhani n’a touché à rien) n’ont pas trouvé le moyen de traduire Ithm par grand pêché. Le pinard du paradis ne provoquera aucune gueule de bois et ne provoquera pas de débilisation au pratiquant. Beuverie sans limites donc. La coupe de 52-23 ne laisse aucun doute sur la nature du khamr pendant que le 56-25 ne laisse aucun doute que le ithm (attardement mental) est provoqué par des propos et des âneries.

26-221 هَلْ أُنَبِّئُكُمْ عَلَى مَن تَنَزَّلُ الشَّيَاطِينُ Vous apprendrai-Je sur qui les diables descendent ?
26-222 تَنَزَّلُ عَلَى كُلِّ أَفَّاكٍ أَثِيمٍ Ils descendent sur tout Affek, Athim.
26-223 يُلْقُونَ السَّمْعَ وَأَكْثَرُهُمْ كَاذِبُونَ Ils renvoient ce qu’ils entendent et la plupart d’entre eux sont menteurs.

Au 26-222, nous avons une autre utilisation de la racine Athim (Affek désigne celui qui met les choses dans le mauvais sens en les sortant de leur véritable contexte, ce qui est à la base de la majorité des mensonges et arnaques). Il est clair, coraniquement, que le ithm peut être provoqué par les ragots sans consistance, d’origine faussement contrôlée.. Le Athim, grand pratiquant de ithm, est donc le décérébré qui ne fait que répéter des ragots et avec qui les diables adorent faire joujou. Comme ceux à qui ils font croire qu’ils faut des tonnes de ragots pour éclairer la lumière d’Allah et qui ne peuvent supporter un article qui ne contient que du coran, comme celui ci.

39-45 وَإِذَا ذُكِرَ اللَّهُ وَحْدَهُ اشْمَأَزَّتْ قُلُوبُ الَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ بِالْآخِرَةِ وَإِذَا ذُكِرَ الَّذِينَ مِن دُونِهِ إِذَا هُمْ يَسْتَبْشِرُونَ Et quand Allah est mentionné seul (sans associés), les coeurs de ceux qui ne croient pas en l’au-delà se crispent et quand on mentionne ceux qui sont en dehors de Lui, voilà qu’ils se réjouissent.

Que le vin et l’alcool provoquent des dégâts cérébraux à ceux qui en boivent sans modération n’est contesté par aucun saoulard. Mais il faut être particulièrement athim pour voir une interdiction dans 2-219 qui ne fait qu’opposer les bienfaits et les méfaits dans toute “fermentation”.

Toutefois, Jinn Dukhani, avec l’expérience du pratiquant, a remarqué que l’alcool a tendance à libérer les esprits, relâcher les tensions nerveuses, désinhiber la réflexion, décoincer les bigots et permettre à l’esprit d’explorer des pistes nouvelles. Comme Allah dit que c’est de la bonne ivresse, sans aller jusqu’à vous inciter à vous bourrer la gueule, Jinn Dukhani recommande à ses lecteurs les plus bourrés aux hadiths de contrebalancer avec de la bonne ivresse (vin ou alcool selon vos goûts) au moins avant de lire le coran si vous n’arrivez pas à le faire pendant. Il est difficile d’endoctriner un amateur de “bonne ivresse”. Toutes les sectes le savent. Jinn Dukhani soupçonne d’ailleurs que l’alcool et l’amour que lui porte une frange de la population soit un des éléments qui a permis aux Tunisiens de résister à la vague islamiste. Sans ces patriotes et “courageux résistants” pratiquants de la bonne ivresse, la Tunisie serait islamiste, totalement ivre de fatwas débiles. La voix de Ins Dukhani est d’ailleurs politiquement acquise au parti qui s’engagera à libérer la vente d’alcool chez tous les épiciers, hammassa et cafés. C’est d’ailleurs le cas dans tous les pays développés et c’est une preuve empirique et statistique claire que la takhmira base de raisin est corrélée avec celle de raison, qui engendre science, civilisation, propreté la bonne richesse.

Rebasculons brièvement en mode lecture Jinn SVP. Votre Jinn personnel est évidemment invité, quant à lui, à éviter toute fermentation intellectuelle excessive. Tout endoctrinement qu’il soit gauchiste, capitaliste, islamiste ou athée provoque un attardement mental et rend athim. Prendre le meilleur de chaque fermentation neuronale est plus que recommandé. Toujours avec modération, en tout (Allah qualifie sa Omma de Wusta). Prenez garde à toute idée qui fait gagner de l’argent à son émetteur ou exposée à grand renfort médiatique. Evidemment, la méfiance est de rigueur envers tout ce qui est peu consistant et à tous ces raisonnements légers et simplistes.

Je laisse enfin le Jinn des lecteurs de Dukhani (ne me décevez pas) interpréter seul les deux derniers versets (12-36 et 12-41) de notre “tartilade” sur le khamr. Des deux compagnons de prison du prophète Joseph, le premier se rêva entrain de presser du khamr (et non du raisin dans le coran). Le deuxième se rêva entrain de donner du pain (pâte où on doit beaucoup pétrir un mélange avec de la khamira) qu’il se mettait sur la tête et dont les oiseaux mangeaient. Joseph, dont le Jinn était doué pour l’interprétation des rêves grâce à Allah, après un speech sur la multiplicité des arbabs (maîtres/éducateurs), annonça alors au “viticulteur” qu’il en sortira indemne et qu’il servira du khamr à son Rabb (et pas Roi dans le verset alors que le mot Roi sera normalement utilisé plus tard pour le souverain en question). Le premier fut libéré et fut là pour servir la bonne idée (sorte de fermentation neuronale) pour pourvoir interpréter la révélation qu’Allah, le Rabb unique, fit au Roi pendant son sommeil. Le deuxième, “boulanger” pour oiseaux, a eu une fin malheureuse et les volatiles mangèrent de sa tête. Jinn Dukhani, toujours là pour les bonnes takhmiras à base de Rahiq, vous donnera juste une indication linguistique. A savoir que “oiseaux” n’est pas la seule traduction possible du mot tayr, mais tayr peut aussi se comprendre comme la science acquise par l’homme sur Dieu (faire gaffe aux dicos qui ne sont pas aussi précis que le coran).

وطائرُ الإِنسانِ: ما حصَلَ له في علْمِ الله مما قُدّرَ له
طير – لسان العرب

Ca c’était pour les linguistes sceptiques. Pour les coranistes purs et durs, voir ici (7-131;17-13) pour en savoir plus sur ces volatiles autour du cou.
Je laisse le soin aux savants de la Zeitouna de vous expliquer pourquoi Allah a choisi de sauver le “viticulteur” et pas le “boulanger” dans cette histoire qu’Allah Juge excellente (12-3). Je n’ai aucun doute sur le fait que ces autres Maitres en religion qu’Allah vont pourvoir, plus ou moins laborieusement, pétrir une morale à becqueter par des Jinns volatiles et versatiles.

Partie 2 : Manger du porc si vous voulez, c’est Halal (autorisé)

Sans être un grand expert en élevage porcin, Jinn Dukhani soupçonne le porc, même à l’état sauvage, de faire autant partie de la faune désertique des environs de la Mecque que les vignobles font partie de la flore. De plus, il est fort à parier que la chaine du froid, à l’époque du prophète, n’était pas très bien respectée pour les livraisons de charcuterie à dos chameau le long du Sahara.
Mais comment expliquer cela à ceux qui voient déjà des éléphants parcourant le désert pour attaquer la Mecque ? Le “conquérant” serait, parait il, le Roi Abraha en 570. C’était 17 ans à peine après la mort du dudit Roi en 553 (laissez tomber, il faut être gravement bourré aux hadiths pour ingurgiter ça)

Oui, je sais. L’argument est mesquin de la part d’un Dukhani qui ne croit pas que Muhammad ait vécu à la Mecque et qu’Allah ne peut faire à ses fidèles la vacherie de les convoquer dans un trou perdu quasi inaccessible en plein Sahara derrière une barrière géographique appelé Hijaz (buvez des hadiths pour y croire). Mais c’est toujours marrant de voir des salafistes imaginer des sangliers gambader dans le désert.

Comme d’habitude, lorsqu’un cheikh dit que le Khnizir dans le coran, c’est du sanglier ou du porc, la méfiance est de loin la plus recommandée d’autant plus qu’il est fort à parier que les premiers “musulmans” n’avaient aucune idée de ce que à quoi pouvait ressembler ce “supposé” animal mythique.

Avant toute chose, il est bon de préciser que l’expression coranique lahm el khnzir peut être traduite par:
● viande de Khnizir

● viande que mange le khinzir

● souderie /assemblage du khinzir (eh oui, on oublie que lahm en arabe est un acte de plomberie. Par le “feu”, ironiquement, matière des Jinns).

Dessaoulons ensemble, dans un premier temps, avec les dictionnaires:

والخِنْزيرُ: في خ ز ر.
الخَنْزَرَةُ – القاموس المحيط

والخِنْزِيرُ من الوحش العادي معروف، مأْخوذ من الخَزَرِ لأَن ذلك لازم له
خزر – لسان العرب

الخاء والزاء والراء أصلان. أحدهما جِنْسٌ [من] الطَّبيخ، والآخر ضِيقٌ في الشَّيء.فالأوّل الخَزِيرُ، وهو دقيقٌ يُلْبَكُ بشَحْم.وكانت العربُ تعَيِّر آكِلَه.
والثاني الخَزَر، وهو ضيق العَيْنِ وصِغَرُها. يقال رجلٌ أخْزَرُ وامرأةٌ خَزْراءُ.
وتخازَرَ الرّجُل، إذا قبَض جفنَيه ليحدِّد النّظَر.
خزر – مقاييس اللغة

خَنْزَرَ الرجلُ إِذا نظر بمؤخر عينه،
وقال كراع: هو من الخَزَرِ في العين لأَن ذلك لازم له، قال: فهو على هذا ثلاثي؛ وقد تقدم ذكره في ترجمة خزر.
خنزر – لسان العرب

الخاء والنون والزاء كلمةٌ واحدةٌ من باب المقلوب، ليست أصلاً. يقال خَنِزَ اللحم خَنَزاً، إذا تغيَّرَتْ رائحتُه وخَزِن.وقد مَضَى.
خنز – مقاييس اللغة

Il semble donc que Khnizir dérive de khzr qui signifie regarder de biais ou avec de petits yeux (se dit en langage courant d’un regard concupiscant). Les dicos nous disent que le porc tient cette appellation de cette pratique ou probablement du fait qu’il n’est pas très regardant sur la qualité de ce qu’il mange (je suis sûr que le Jinn du lecteur a déjà compris ou Jinn Dukhani veut arriver).
La racine Khnz, sans le R, signifie viande avariée. Mais, quoiqu’en disent certains coranistes, aucune dérivation dans la langue arabe n’ajoute de R à une racine. Mais la similarité des sens à une lettre près est fréquente en arabe.

Très intéressante aussi la remarque qui fait du khazeer un plat à base de farine et de graisse que les arabes répugnaient manger (linguistiquement, le khinzir serait donc le mangeur d’un tel plat plutôt qu’un animal particulièrement difficile à trouver chez les arabes de l’époque). Nous avons donc un lien entre la racine du mot khinzir et les plats que les “yeux répugnent à regarder”. Très amusant aussi de constater que khazeer est l’exacte prononciation de sanglier en hébreu, dans la Torah. Qu’elle coïncidence, n’est ce pas ? Seul un Nun, symbole messianique, sépare le porc juif de porc musulman (je rappelle qu’il est totalement halal de qualifier des humains de khinzeer puisque c’est la sunna d’Allah au verset 5-60 qui l’applique à ceux qui sont le plus trompé de sabil).

Mais qui sait ? Peut être que, contre toute logique, c’est quand même du porc qu’il s’agit ?
Certains auteurs semblent attribuer les interdits alimentaires religieux aux goûts culinaires de certains grand prêtres dans l’antiquité. Les pauvres prêtres étaient souvent obligés de se taper la nourriture que les fidèles offraient aux Dieux. Pour “pas gâcher” probablement. Qui sait, peut être que les juifs ne mangent pas de fruits de mer à cause d’un rabbin qui n’aiment pas retrouver des crevettes offertes à Dieu dans son assiette ?

Pour trancher, voyons voir si des prophètes avaient le droit de manger du porc ?

3-93 كُلُّ الطَّعَامِ كَانَ حِـلاًّ لِّبَنِي إِسْرَائِيلَ إِلاَّ مَا حَرَّمَ إِسْرَائِيلُ عَلَى نَفْسِهِ مِن قَبْلِ أَن تُنَزَّلَ التَّوْرَاةُ قُلْ فَأْتُواْ بِالتَّوْرَاةِ فَاتْلُوهَا إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ Toute nourriture était licite aux enfants d’Israël , sauf celle qu’Israël lui-même s’interdit avant que ne descendit la Thora. Dis[-leur]: «Apportez la Thora et lisez-la, si ce que vous dites est vrai ! »

Voila qui est très embêtant. Il semble bien que Noé, Abraham, Isaac, “Ismael”, Lot, Salih, Chuaib, Hud et tout une assemblée vénérable de prophètes avaient le droit de manger toutes les nourritures, sans exception, porc, sanglier et crustacés compris. Le coran est on ne peut plus clair: la première interdiction a été introduite dans la Torah et c’est juste “pour faire plaisir” à un certain Israël (voir ici pour mieux connaitre cet amusant personnage). L’origine de l’interdiction n’est pas Dieu.
Tous ces prophètes sont considérés Musulmans par Allah. Abraham est même désigné comme étant le premier à utiliser l’appellation musulman (22-78). Celui qui a construit le premier Bayt d’Allah. Millat Abrahim (4-54,4-125) est souvent utiliser dans le coran pour désigner l’islam. Allah, dans 3-67 et 2-131, précise d’ailleurs qu’Abraham n’a pas attendu Muhammad pour être musulman. Ces versets sont à rappeler aux ivrognes en hadiths qui disent que l’islam est une religion apportée par le prophète Muhammad.

Issa, d’après le coran, a levé des interdictions mises dans la Torah en mémoire de ce facétieux Israël (Torah dérive de tawr qui signifie messager agréé aussi bien par l’expéditeur que le destinateur. La torah semble être ainsi un livre de “compromissions” entre Allah et les “inventions” religieuses des fils d’Israël).

3-50 وَمُصَدِّقًا لِّمَا بَيْنَ يَدَيَّ مِنَ التَّوْرَاةِ وَلِأُحِلَّ لَكُم بَعْضَ الَّذِي حُرِّمَ عَلَيْكُمْ وَجِئْتُكُم بِآيَةٍ مِّن رَّبِّكُمْ فَاتَّقُواْ اللّهَ وَأَطِيعُونِ Et je (Issa alias Jésus) confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Allah donc, et obéissez-moi.

Le Messie a donc ré-autorisé certains interdits (tant pis pour Israël, puisque Issa, s’adressant surtout aux goyims, n’avaient plus à s’embarrasser la chariaa rabbinique).

5-5 الْيَوْمَ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَطَعَامُ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ حِلٌّ لَّكُمْ وَطَعَامُكُمْ حِلُّ لَّهُمْ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الْمُؤْمِنَاتِ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ مِن قَبْلِكُمْ إِذَا آتَيْتُمُوهُنَّ أُجُورَه ُنَّ مُحْصِنِينَ غَيْرَ مُسَافِحِينَ وَلاَ مُتَّخِذِي أَخْدَانٍ وَمَن يَكْفُرْ بِالإِيمَانِ فَقَدْ حَبِطَ عَمَلُهُ وَهُوَ فِي الآخِرَةِ مِنَ الْخَاسِرِينَ «Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes “vertueuses ?” d’entre les croyantes, et les femmes “vertueuses ?” d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr, avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants .

On peut donc déjà dire que l’interdiction du porc, si jamais elle a jamais eu lieu, est au plus passagère, entre la révélation de la Torah et celle de l’Injeel (ce qui n’est pas beaucoup si l’on ne se trompe pas de Messie, voir chouyoukhs 3). En effet, au vu de ce que mangent les supporters de Jésus, 5-5 suffit à autoriser la viande porc pour les musulmans. Ceux qui disent le contraire doivent désormais faire face à une fâcheuse contradiction coranique, en flagrant délit d’application des lois qu’Israël inventa, pris en sandwich entre Abraham et Issa (dont le sang, selon les chrétiens, est carrément assimilable à du vin et dont on rapporte la sage parole que ce qui est impur, c’est ce qui sort de la bouche pas ce qui y entre).
Jinn Dukhani regrette de ne pas avoir le temps de vous faire une takhmira sur la raison pour laquelle Allah s’adresse au fils d’Israël dans son coran sans jamais adresser la parole au fils d’Ismaël auquel on vous dit qu’il est adressé. Demandez une explication aux savants Zeitouniens si vous avez envie de rigoler ou regardez par ici pour une takhmira d’un Jinn collègue à Dukhani, bourré au Rahiq d’Allah.

Mais il ne peut y avoir de contradictions dans le coran. Sauf si on comprend de travers en raison d’une sakra athimante par de la bibine de second choix.
Le Mot Khinzir apparait dans 4 versets. Nous allons prendre le plus complet (les autres n’apportent pas d’informations supplémentaires).

5-3 حُرِّمَتْ عَلَيْكُمُ الْمَيْتَةُ وَالْدَّمُ وَلَحْمُ الْخِنْزِيرِ وَمَا أُهِلَّ لِغَيْرِ اللّهِ بِهِ وَالْمُنْخَنِقَةُ وَالْمَوْقُوذَةُ وَالْمُتَرَدِّيَةُ وَالنَّطِيحَةُ وَمَا أَكَلَ السَّبُعُ إِلاَّ مَا ذَكَّيْتُمْ وَمَا ذُبِحَ عَلَى النُّصُبِ وَأَن تَسْتَقْسِمُواْ بِالأَزْلاَمِ ذَلِكُمْ فِسْقٌ الْيَوْمَ يَئِسَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن دِينِكُمْ فَلاَ تَخْشَوْهُمْ وَاخْشَوْنِ الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلاَمَ دِينًا فَمَنِ اضْطُرَّ فِي مَخ ْمَصَةٍ غَيْرَ مُتَجَانِفٍ لِّإِثْمٍ فَإِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ Vous sont interdits la bête morte, le sang, lahm el khinzir, ce qui a été attribué au nom d’autre que Dieu, la bête étouffée, la bête qui s’est étouffée par elle même, celle qui a été battue (par des coups), la bête qui va et vient (animal domestique ?), ou morte dans un combat, et la charogne mangée par des animaux sauvages sauf celle que vous avez rôties, ainsi que celles qui ont été égorgées par gaspillage (excès, dépassement des limites), ou que ne vous partagiez les mauvais morceaux (en gardant pour vous les bons ?), Car cela est désobéissance. Aujourd’hui, les mécréants désespèrent de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez-Moi. Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre “religion ?”, et mis la touche finale à la grâce que je vous ai donné. Et J’agrée l’Islam comme “religion?” pour vous. Si quelqu’un est contraint par la faim, sans intention de se rétracter (dans la voie d’Allah).. alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

La traduction de Jinn dukhani (hormis pour lahm el khinzir non traduit) est totalement différente de celles disponibles dans les traductions classiques. Je n’ai malheureusement pas le temps de m’y attarder.

Je laisse le lecteur décider de lui même si viande avariée, répugnante aux yeux est plus adaptée que la viande de porc. Heureux sont les salafistes pour qui la viande répugnante, accompagnée d’un bon verre de pisse de chameau est totalement halal. Inss Dukhani, quant à lui, aime bien la bonne charcuterie accompagnée d’un bon verre de vin (le jambon de Parme est particulièrement délicieux). Au lecteur de choisir son exégèse.

Jinn Dukhani tient particulièrement à préciser qu’il est strictement haram de donner de la nourriture que les yeux répugnent à voir aux pauvres et aux gens qui travaillent pour vous.

Il est bon aussi de savoir que le porc (tout comme certainement le vin) a fait reculer “l’islam”. Ainsi, par exemple, le comte de Buffon, grand Naturaliste Français, déclare que les chinois, entre la viande de Porc et l’islam, ont préféré la viande de porc. La viande de Porc, bon marché, facile à élever, aurait été un renfort alimentaire fort appréciable pour les populations modestes. De plus, l’Europe, grosse consommatrice de porc, et de vin, semble en excellente santé et pas du tout en retard intellectuel par rapport aux “pays musulmans”.

Pour finir, le lecteur est invité à repasser en mode Jinn.

اللام والحاء والميم أصلٌ صحيح يدلُّ على تداخُلٍ، كاللَّحمِ الذي هو متداخِلٌ بعضُه في بعض.
لحم – مقاييس اللغة

Lahm, outre le sens de viande, se dit de ce qui s’enchevêtre l’un dans l’autre. Comme par exemple les inextricables tas d’âneries appelés chariaa et Sunna que consomme ceux qui lisent le coran avec le coin de l’œil en parfaits khanazirs. Du très mauvais lahm.
Bien sûr, dans la foulée, les doctrines s’appuyant sur les témoignages des morts est interdit, celles issues des humains (adam et dam, sang, même racine), ce qui a appelle à autre que Dieu, celles qui s’étouffent par elles-mêmes (sous le poids des contradictions), ainsi que ce que l’on vous propose par harcèlement (va et vient), ou battus (par de meilleures doctrines ?), ou écornées (par la raison ?), celles adoptées par les fauves humains, hormis celles que votre Jinn (être de feu) a bien “rôti” lui-même, celles qui vous sont exposées de façon mercantile (nosob), où celles que vous adoptiez pour des raisons légères et peu consistantes (azlam). Jinn Dukhani laisse votre Jinn affiner par sa propre takhmira.

Avant de finir cet article, qui j’espère aura un impact sur les habitudes alimentaires du lecteur, aussi bien sur le plan Inss que le plan Jinn, il est bon de remarquer que l’opposé de la racine Khzr pourrait être la racine Hwr des fameuses Hours

الحاء والواو والراء ثلاثة أصول: أحدها لون، والآخَر الرُّجوع، والثالث أن يدور الشيء دَوْراً.فأما الأول فالحَوَر: شدّةُ بياض العينِ في شدّةِ سوادِها
حور – مقاييس اللغة

Le hwr est donc le contraste pur d’une parfaite blancheur et une parfaite noirceur dans les yeux. C’est la capacité de distinguer les ténèbres de la lumière, la vérité du mensonge. Ainsi seront les conjoints de ceux qui seront au paradis, le plus merveilleux des bars. Hours ne sont donc pas des vierges avec des gros seins qui attendent les jihadistes (cochons jusqu’au bout). Le Coran parle de hawariyouns (forme masculin pluriel de hour) comme étant ceux qui ont supporté Issa, le Messie (d’après la science des oulémas, cela ferait référence à la tenue blanche qu’il portaient, parait -il).

Il est temps d’arrêter de véhiculer cette idée absurde qu’Allah appelle à la morosité, à la laideur et laisse seulement aux athées le droit de déguster des choses aussi délicieuses que le bon vin et la bonne charcuterie. Jinn Dukhani sait qu’on vous a toujours fait comprendre le contraire, mais c’est faux.
Il faut être particulièrement bourré à la bibine cheikhale pour ne pas se rendre compte que ce genre de masochisme est typique de l’enseignement que donne Satan à ses fidèles.
A Allah, tout ce qui est bon et à Satan tout ce qui est mauvais. Ce ne devrait pas être compliqué à comprendre par un musulman, non ?

2-172 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُلُواْ مِن طَيِّبَاتِ مَا رَزَقْنَاكُمْ وَاشْكُرُواْ لِلّهِ إِن كُنتُمْ إِيَّاهُ تَعْبُدُونَ les croyants ! Mangez des bonnes choses que Nous vous avons donnés Et remerciez Allah, si c’est à Lui que vous vous donnez.
2-173 إِنَّمَا حَرَّمَ عَلَيْكُمُ الْمَيْتَةَ وَالدَّمَ وَلَحْمَ الْخِنزِيرِ وَمَا أُهِلَّ بِهِ لِغَيْرِ اللّهِ فَمَنِ اضْطُرَّ غَيْرَ بَاغٍ وَلاَ عَادٍ فَلا إِثْمَ عَلَيْهِ إِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ Certes, Il vous est interdit la morte, le sang, la viande que l’on voit du coin de l’oeil, ce qui utilisé pour mener à autre que Dieu. N’est pas considéré comme trainer les pieds sur la voie d’Allah celui qui le fait par obligation sans avoir l’intention de le refaire. car Allah est Pardonneur et accueillant en son sein.

Jinn Dukhani ne peut rien faire de plus pour ceux qui transmettent la décision de savoir ce qui est bon ou mauvais à manger de leur papilles gustatives vers les neurones qui ont fermentés dans des cerveaux morts et enterrés”.

Une petite takhmira macabre pour finir à destination de votre Jinn à propos du mot Lahm :

49-12 يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اجْتَنِبُوا كَثِيرًا مِّنَ الظَّنِّ إِنَّ بَعْضَ الظَّنِّ إِثْمٌ وَلَا تَجَسَّسُوا وَلَا يَغْتَب بَّعْضُكُم بَعْضًا أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَن يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا فَكَرِهْتُمُوهُ وَاتَّقُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ تَوَّابٌ رَّحِيمٌ Ô vous qui êtes fidèles ! Évitez de trop croire car certaines croyances sont du ITHM. Et n’espionnez pas (prendre de l’information à l’insu de son propriétaire); et ne profitez pas de vos absences mutuelles (ou, autre sens, ne pas n’attribuer à vos semblables une connaissance de l’au delà). L’un de vous aimerait-il manger le LAHM de son frère mort ? Vous en auriez horreur. Et réfugiez vous auprès d’Allah car Allah donne la repentance et est “acceuilleur” en son sein.

A vous de méditer sur le côté nécrophage qu’il y a bouffer le Lahm des “frères morts” et pourquoi Allah fait le parallèle avec les croyances prélevées sur les morts en leur absence.

Et surtout bourrez vous la gueule avec le coran, le meilleur, la plus libérateur et le plus purificateur des Khomours. Du pur Rahiq pour votre Jinn qui découvrira de nouvelles saveurs à chaque gorgée et à chaque relecture. Lisez avec les plus grands yeux que vous pouvez en sachant qu’ils ne seront jamais suffisamment ouverts. Hips!