sprols-tunisie-feat

Peu après le 14 janvier, les habitants de quatre cités de la Société de Promotion des Logements Sociaux (la Marsa, Al Manar, Al Romena et Menzah 8) décident d’arrêter de payer leurs loyers.

Dès leur création, les logements de la SPROLS ont été construits au profit des assurés sociaux. « J’habite ici depuis près de trente ans. Le PDG de la SPROLS à l’époque, m’avait conseillé d’y louer en me précisant que ce sont des locations qui aboutiront à la vente », confie Noureddine Jarbouï habitant de la cité du Menzah 8 et secrétaire général de l’Association de défense des droits des habitants. Une disposition qui avait permis à bon nombre d’employés et cadres de l’administration d’accéder à la propriété.

La Société de Promotion des Logements Sociaux rongée par la corruption

La SPROLS a été créée, sous tutelle du ministère des Affaires Sociales, en août 1977, pour contribuer à la régulation publique du secteur de l’habitat. A l’origine, sa particularité était de gérer les logements sociaux destinés à la location.

Entre août 1977 et mars 1989, la société construit près de 10 milles logements sociaux-locatifs. Elle concentre son activité sur le Grand Tunis (77% des constructions) et quelques grandes villes. En plus, elle construit près de 300 locaux administratifs, commerciaux et d’utilité publique, comme des dispensaires, des écoles, des foyers universitaires et même des postes de police.

12 ans après sa création, la SPROLS est confrontée au grave problème de la non-solvabilité d’une grande partie de ses locataires. Elle entame, sous l’impulsion de Ben Ali en personne, une opération de cession des logements au profit de leurs occupants, qui n’a pas été appliquée sur tous. 827 logements situés dans les quartiers de la Marsa, Al Manar, Al Romena et Menzah 8 sont exceptés de la cession. Aucune raison n’a été donnée à l’époque mais la solvabilité des locataires ainsi que la valeur immobilière des sites seraient à l’origine de cette décision.

Le 3 juin 1989, des locataires mécontents des quatre quartiers exceptés tentent de se rassembler devant le palais de Carthage. Ils seront chassés mais avec une vague promesse de la Présidence d’une possible cession, pas dans l’immédiat. Ce fut le début d’une série de valses- hésitations et de promesses non tenues. En juillet 1993, la SPROLS devient promoteur immobilier public à caractère commercial ayant pour mission l’achat de terrain et la construction d’habitations destinées à la vente. Elle s’éloigne de son but initiale, celui de construire des habitations destinées à la location.

A l’occasion du douzième anniversaire du coup d’Etat, Ben Ali promet, encore une fois, de revoir le dossier des cités exceptées. En mai 2000, une rumeur circule sur les intentions des Trabelsi de s’approprier les bâtiments de la SPROLS et d’en transformer la nature. Elle est renforcée par une campagne médiatique qui taxe les habitants de mauvais payeurs. Dès lors, la société traîne en justice les non-payeurs les menaçant d’expulsions. A cette époque, des « proches du régime » s’installent dans les quatre cités, sans répondre aux critères d’octroi de logement sociaux, ni de devoir payer de loyer. La politisation du dossier franchi un pas supplémentaire, lorsque un conseil ministériel du 17 janvier 2001, décide de maintenir le patrimoine locatif de la SPROLS et les poursuites judiciaires entamées. En réponse aux menaces, les protestataires proposent de payer leurs dettes, estimées à près de 10 millions de Dt, en échange d’un titre de propriété.

Un mois avant la chute de Ben Ali, la SPROLS passe sous tutelle du ministère de l’Équipement, comme tous les autres promoteurs immobiliers publics.

Après la révolution, la valse autour de cette affaire de cession continue. En juin 2011, les locataires des quatre cités suspendent, en masse, le payement des loyers.

Jusqu’à quand allons-nous continuer à payer des mensualités de plus en plus élevées, suite aux majorations sur les tarifs de location, réglementées par le contrat qui sont supposées dédiées à la maintenance. En arrivant ici, je payais 62 dinars pour ce petit appartement (S+1). Aujourd’hui je paye 162 dinars, indique Salah un locataire d’Al Romena.

En mai 2013, la SPROLS adresse des verdicts d’expulsion sélectifs. La suite est venue en mars 2014, quand Ahmed Ammar Youmbai, ministre des Affaires Sociales, promet un règlement définitif et global de la situation des quatre cités avant le 31 mai. Il précise que la priorité de cession de ces logements sera donnée aux locataires actuels de ces habitations, et à des prix raisonnables, sans autres détails.

Les rumeurs de corruption ont été évoquées dans un rapport de la Commission de contrôle du ministère des Finances adressé à la SPROLS le 10 mai 2007. Rendu public en avril 2011. Ce rapport accuse d’abus de pouvoir Mohamed Ben Smail alias Toukabri, directeur financier et administratif de la SPROLS. Il aurait procédé à des nominations enfreignant les procédures légales. En tant que président de la commission d’octroi de prêts, accordés aux agents de la SPROLS. Toukabri se serait approprié une deuxième voiture de fonction à des fins personnelles et en aurait attribué d’autres à trois employés.
Toukabri se serait approprié une voiture de service de la société, pour des fins personnelles et en aurait attribué d’autres à trois employés. Ce document dénonce le laxisme de cadres de la société et propose de traduire en justice Youssef Gannouni et Mustpha Dabbouba, pour les infractions commises dans les opérations d’achats de terrains, et Toukabrin pour fraude financière. Il aurait, maintes fois, échangé de faux billets chez les caissiers de la SPROLS, à leurs insus.
Aucune poursuite judiciaire n’a été engagée depuis. M.Mohamed Ben Smail alias Toukabri demeure locataire d’un appartement de la SPROLS.

L’exclusion sociale

L’association de défense des droits des habitants estime à 80% le taux de locataires en situation de précarité : Familles monoparentales, retraités de la fonction publique, jeunes orphelins… A cette précarité, s’ajoute la menace d’expulsion. Les locataires sont constamment sur le qui-vive. «

Je suis vieux et au chômage. Je n’arrive plus à payer mon loyer, après plus de 20 ans ici. Ils veulent m’expulser de ma maison, avec ma famille et vendre mes affaires, proteste Salah, un locataire d’Al Romena.

À Al Romena, le sentiment d’exclusion sociale se défile sur les visages des habitants. En se promenant dans les ruelles du quartier, une sensation d’enclavement semble contourner la cité, surtout depuis la construction de la Route X qui les sépare de leur district. Dans une complète absence de maintenance par la SPROLS, et principalement depuis la construction des lignes de métros, les blocs d’appartements sont très affectés. Déjà construites en plaques de murs préfabriqués nécessitant beaucoup d’entretien, les joints liants les blocs ont disparu, depuis longtemps. On y entrevoit, à l’œil nue, de longues fissures qui s’étalent sur toute la hauteur des plus de 25 immeubles de cinq étages, entraînant humidité et moisissures à l’intérieur des appartements.

La famille de Salah est constamment en alerte d’expulsion. Comme chez tous ses voisins, l’huissier notaire est le personnage le plus redouté. Dans son appartement sombre du rez-de-chaussée, il raconte qu’il a été menacé d’expulsion à plusieurs reprises, et que l’huissier lui avait fortement conseillé de quitter son logement, avant d’hypothéquer toutes ses affaires. « Mon fils de 3 ans, présent lors de la visite du huissier, pense constamment, qu’à chaque fois que la porte frappe, ils viennent nous virer de la maison. Il est très instable psychologiquement. Je ne sais plus quoi faire. Il n’accepte plus aucun étranger à la maison », ajoute-t-il.

Au Menzah 8, les habitants essayent tant bien que mal de stopper la dégradation des jardins et des caves, mais l’affaissement du sol entraîne l’enfoncement du rez-de-chaussée des blocs d’appartements. Les caves sont souvent inondées suite à des fuites d’eau, apparemment, difficilement réparables, dû à l’emplacement des conduits d’eau sous-terrain, à l’origine du problème.

Depuis, nous avons plus de rats que d’hommes, ironise un habitant.

La cession du patrimoine locatif de l’Etat ou la fuite en avant

Le déclin des quatre cités exclues de la cession est sans commune mesure avec la déliquescence du lien social dans les autres cités vendues. Ksar Said 2, résume, à elle seule, la double contrainte de l’urbanisme à la petite semaine : quasi absence des services sociaux de l’Etat face à une forte présence policière. Dans cette cité de 116 blocs comportant 15 appartements chacun, l’avenue principale porte le nom du martyr de la révolution Ridha Silliti. Un peu plus loin, au rez-de-chaussée d’un immeuble, se tient le poste de police devant lequel l’homme de 45 ans a été abattu le 13 janvier 2011.

A Ksar Said les appartements ont été cédés aux locataires mais certains habitants n’ont toujours pas acquis l’acte de propriété, faute de moyens. Les visites des huissiers, les ordres d’expulsion, les couloirs du palais de justice font partie du quotidien. Les habitants sont sur leurs gardes, visages fermés et regards méfiants. Ils observent de loin, sans intervenir. La présence médiatique ne semble pas la bienvenue.

Au premier étage d’un immeuble excentré, Kaoûthar nous interpelle pour nous demander de l’aide. Dans son appartement de deux pièces, les seaux d’eau côtoient un tas de vêtements sur des matelas posés à raz le sol. Pour que les rats n’élisent domicile à l’intérieur de l’appartement, les fenêtres sont constamment closes. La table basse, au milieu du salon est couverte de boites de médicaments, des anxiolytiques pour la plus part.

Dans la cour des immeubles, les espaces supposés verts ont été transformés en décharges publiques. « Ici, nous vivons comme des cafards », ironise en français Najla Ben Chaabane, qui loue son appartement à un propriétaire qui a fui la cité. Des odeurs suffocantes remontent des caves inondées. A l’extérieur, les traces de boue sur les murs atteignent un mètre de hauteur par endroits. « A chaque fois qu’il pleut, nous ne pouvons plus sortir de nos maisons », ajoute Najla. A l’intérieur comme à l’extérieur des bâtiments, les murs sont rongés par l’humidité et les moisissures.

Faire la ronde du quartier, c’est à ça que se résume le quotidien des jeunes de la cité. Ils se mettent à l’abri des regards, derrières les hauts bâtiments, plaqués contre les murs, ou accroupis sur les paliers. Ils ne nous abordent pas et semblent en état d’alerte permanente. Ces jeunes n’espèrent plus rien du système et en revanche, ils affichent au visiteur une attitude de défiance de l’Etat. « Les policiers ne rentrent pas dans notre cité », dit fièrement un jeune homme du quartier aux bras tatoués. Oubliant que le poste de police se trouve au cœur de la cité.

La spirale du déclin peut être sans fin. A la cité Essafa de Monastir, 49 appartements de la SPROLS ainsi que le logement du gardien d’immeuble et un local du syndic de la résidence ont été squattés en janvier 2011. En mai 2015, ils ont été délogés par les forces de l’ordre. Selon Sihem Miladi, directrice régionale de la SPROLS, la réparation des dégâts occasionnés par les squatteurs, a été évaluée entre 500 et 600 mille dinars.

En finir avec les valses-hésitations de la SPROLS, ne contribuerait-il pas, d’un côté, à mettre de la lumière sur la corruption dans le patrimoine immobilier de l’Etat ; et, de l’autre côté, à concrétiser le vœu des différents gouvernements post-révolutionnaires, pour combler le fossé social aggravé par les dernières décennies d’oppression.

⬇︎ PDF