La Banque Franco-Tunisienne (BFT) est le symbole parfait du clientélisme, pierre de touche de notre économie politique corrompue et défaillante. Tout commence en 1989 avec la nationalisation de la BFT par la spoliation de l’actionnaire majoritaire, la société ABCI Investments au profit de la STB. Depuis, l’ABCI poursuit l’État pour spoliation. Pendant ces trente années de conflits, la BFT a été gérée par l’État et ses hauts commis de manière opaque. Elle a ainsi été menée à une quasi faillite dont la raison était de satisfaire aux exigences de Ben Ali et de ses proches.