À quelques mètres du palais des congrès où se déroule la conférence internationale sur l’investissement Tunisia 2020, la police a réprimé, cet après midi du mercredi 30 novembre 2016, un rassemblement du mouvement Manich Msamah, devant le ministère du Tourisme. Les militants voulaient gagner le lieu de la conférence qui selon eux « blanchi les corrompus » et continue à consacrer « l’injustice sociale, les disparités régionales, la détérioration des services publics et la perte de notre souveraineté ». Six manifestants ont été arrêtés puis relâchés. Trois autres ont été admis aux urgences des hôpitaux de Tunis.. Après avoir été agressés et harcelés par les forces de l’ordre, les manifestants se sont dirigés vers le théâtre municipale où ils ont poursuivi leur rassemblement.

Mobilisé autour de de son branding, le gouvernement est accusé de corruption et de trahison de ses promesses. Sur l’avenue Habib Bourguiba, Les slogans de la révolution sont toujours d’actualité. « Travail ! Liberté ! Dignité nationale » ou encore « le travail est une priorité ! Bande de voleurs ! » s’ajoutent des slogans s’attaquant directement au chef du gouvernement, accusé de devenir le nouveau « dictateur ». Depuis sa nomination, Youssef Chahed appelle les Tunisiens à plus de sacrifices et de patience. « Hélas, de son coté, il ne donne aucun signe positif qui encouragerait les affamés à patienter encore plus » dénonce Wissem Seghair de Manich Msamah.

Les discriminés politiques encore à la marge

Mardi, c’était le tour des discriminés politiques de contester le non respect du gouvernement Chahed de l’accord du 18 janvier 2016 pour l’insertion professionnelle de 774 militants discriminés depuis l’ère de Ben Ali pour leur appartenance politique. À midi, quatre manifestants ont été arrêtés et d’autre aggressés par la police qui barrait la router menant à la conférence internationale sur l’investissement. À 15h, les manifestants reprennent la rue et se font encerclés, encore une fois, par la police.

L’ambiance tendue sur l’avenue Habib Bourguiba rappelait la répression aveugle de l’hiver 2010. Des motos qui rodent sur les deux allées de l’avenue essayant de persuader les passagers de presser le pas et de ne pas se regrouper. Des fourgonnettes de police et des dizaines d’agents cagoulés, d’autres en civil tentaient d’endiguer la foule devant le théâtre municipal.

discrimines-politiques

Rassemblement des jeunes de l’UDC et de l’UGET devant le théâtre municipale. Mardi 29 novembre 2016

Sur les marches du théâtre municipal, Salem Ayari, secrétaire général de l’Union des diplômés chômeurs, s’adressent aux manifestants encerclés par les agents de police « Nous continuerons à investir les rues et à contester jusqu’à ce que ce gouvernement de honte trouvera une autre réponse à nos demandes que celle de la répression ». Mounir Fallah, un des manifestants arrêtés, revient après sa libération pour soutenir ses camarades. « La police nous a dit qu’il est interdit de manifester ces deux jours pour ne pas perturber la conférence sur l’investissement » ironise-t-il avant de rappeler que manifester est un droit constitutionnel qu’aucune condition politique ni économique ne pouvait l’entraver. Mounir Fallah a été arrêté avec les trois discriminés politiques Zied Khaloufi, Abdelhak Kileni et Wafa Kherayfiya.

L’accord du 18 janvier 2016 entre les discriminés politiques et le gouvernement engage ce dernier à recevoir les dossiers des victimes, enquêter sur le harcèlement policier et administratif dont ils ont été la cible, et l’insertion professionnelle comme dédommagement des années de répression. Après des mois d’attente et de promesses non-tenues, de rassemblements et de grèves de la faim, Mehdi Ben Gharbia, ministre chargé des Relations avec la société civile, avance la date du 15 novembre pour donner les résultats de l’enquête du ministère de l’Intérieur.

Wael Nouar, président de l’Union générale des étudiants tunisiens et négociateur, précise que « les noms reconnus comme des discriminés ne dépassent pas les 195 alors que nous avons des preuves que la liste est encore longue. Le déni du ministère de l’Intérieur et la complicité du gouvernement ne mènera à rien. Si les négociations sont bloquées, la rue sera notre champ de bataille » promet Wael Nouar. Parmi les oubliés du ministère de l’Intérieur, d’anciens étudiants de l’UGET et des militants politiques reconnus par l’Instance vérité et dignité comme victimes de la répression tels que Abdelkarim Silliti et Lotfi Hammami, ex-prisonniers politiques ou Safa Mansouri, torturée sous la dictature dans les locaux du ministère de l’Intérieur.

Le 22 novembre, les discriminés politiques, en colère, décident un sit-in au siège du ministère chargé des relations avec la société civile aux auberges du lac. Deux jours après, Mahdi Ben Gharbia refuse de les recevoir et les forces de l’ordre mettent fin au sit-in en utilisant la force. Le 24 novembre, ils manifestent à l’avenue Habib Bourguiba où ils ont étaient harcelés et agressés par la police.