« 47Soul »… le nom du groupe est intriguant. Créé en 2013 à Amman, il est composé de quatre membres originaires de la Jordanie et des territoires palestiniens occupés en 1948. C’est justement en référence à cette date que le groupe fut baptisé, comme pour rappeler l’époque de l’avant Nakba, un temps où il n’y avait pas de frontières entre ce que les membres de 47Soul appellent Bilad Al-Sham. Ils sont doués à trouver des noms, notamment à celui de l’univers musical atypique aux multiples inspirations qu’ils ont créé : le Shamstep, cousin assumé du dubstep. Il s’agit d’un mélange de dabka, de musique électronique, de rap, de ragga, de rock et autres influences dont la fusion demeure inédite. « La musique est l’essentiel. Nous développons d’abord les compositions ensemble. Ensuite, viennent les paroles, au gré de l’inspiration du moment », nous confie El Far3i. Le cocktail est détonnant. En témoigne l’énergie dégagée par les quatre bêtes de scène, El Far3i, El Jehaz, Walaa Sbait et Z The People, sur la scène du festival international de Hammamet face à des gradins pleins à craquer et totalement déchaînés.