La Tunisie ne fait guère rêver les siens. Et si elle a pu leur donner l’espoir d’une page nouvelle en 2011, avec plus de la moitié des jeunes qui veulent quitter le pays d’après un sondage de la Commission européenne datant de 2017, l’idée même qu’un avenir en Tunisie est envisageable semble difficile à soutenir. Au climat économiquement et politiquement morose, se conjugue, surtout chez les jeunes, l’envie de vivre ailleurs, de voir autre chose. Et les départs se multiplient, par la mer ou par les airs.