Covid-19 en Tunisie

553 Cas
18 Décès
5 Guérisons

Selon les allégations de cet homme, « le coronavirus a été inventé et n’est ni une épidémie, ni une pandémie mais une arme biologique ». Et de poursuivre : « Le virus aurait probablement échappé de son confinement comme on le voit dans les films de science-fiction (…) ou on l’a propagé sciemment pour vendre le vaccin plus cher ». Ce Tunisien dit avoir rapporté la théorie d’un internaute français ayant prétendu que le coronavirus a été créé puis breveté par l’Institut Pasteur. Sa vidéo, publiée le 17 mars, a fait des émules en France.

L’Institut Pasteur en France a dû intervenir pour admettre l’existence d’un brevet « EP 1 694 829 B1 » déposé en 2004 mais en expliquant qu’il ne s’agit pas du Covid-19 sévissant actuellement dans le monde.  « En 2004, l’Institut Pasteur a déposé un brevet qui ne concernait pas l’invention d’un nouveau virus. Le brevet au contraire concernait le dépôt de séquences qui correspondaient au coronavirus n°1 qui a causé le SRAS », affirme Olivier Schwartz, le directeur de l’unité virus et immunité de l’Institut Pasteur. Il ne s’agit donc pas de l’invention d’un virus mais de sa découverte afin d’inventer un vaccin, souligne le communiqué de l’Institut Pasteur. La personne ayant propagé cette rumeur et cité par l’internaute tunisien a d’ailleurs publié une autre vidéo, jeudi 19 mars, pour dire qu’il s’est trompé en parlant de l’invention d’un virus.

L’internaute tunisien insiste sur l’existence du terme « coronavirus » dans le brevet précité. Or, il n’y a pas un seul coronavirus mais une famille des coronavirus. Le Covid-19 en fait partie. « Les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal », explique l’OMS. Plusieurs publications de l’organisation onusienne évoquent le terme d’infection humaine par le coronavirus causant des syndromes respiratoires. Le Covid-19 est différent des autres coronavirus. « Ce nouveau virus et cette maladie étaient inconnus avant l’apparition de la flambée à Wuhan (Chine) en décembre 2019 (…). Le virus responsable de la COVID-19 et celui à l’origine du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) sont génétiquement liés mais ils sont différents. Le SRAS est plus mortel mais beaucoup moins infectieux que la COVID-19. Il n’y a pas eu de flambée de SRAS dans le monde depuis 2003 », précise l’OMS.

Le directeur de l’unité virus et immunité de l’Institut Pasteur abonde dans ce sens en expliquant que « ce coronavirus 1 est le cousin du coronavirus 2 qui circule actuellement en France et dans le monde. Ce que nous avons fait à l’époque est de déposer ces séquences pour pouvoir les utiliser pour mettre au point des candidats vaccins. Et nous avons mis au point à l’époque un candidat vaccin à base de vecteur rougeole qui a été jusqu’à la phase pré-clinique et n’a pas été utilisé chez l’Homme puisque l’épidémie s’est arrêtée d’elle-même en quelques semaines ou quelques mois. Et maintenant nous utilisons notre savoir-faire acquis à l’époque pour mettre au point un nouveau candidat vaccin contre le SRAS-coronavirus 2 qui circule actuellement dans le monde ».

A noter que depuis la propagation du Covid-19, plusieurs théories conspirationnistes ont vu le jour. Pour les uns, le Covid-19 a été créé en 2003 aux USA. Pour les autres, il s’agit d’une arme biologique militaire. Leur point commun est que le Covid-19 est une construction humaine. Cette théorie a été balayée par un article scientifique, publié le 17 mars 2020, dans par la revue britannique « Nature Medicine ». « Nos analyses montrent clairement que le SRAS-CoV-2 n’est pas une construction de laboratoire ou un virus délibérément manipulé », lit-on dans cette étude. Elle s’est basée sur une analyse comparative des données génomiques et des caractéristiques notables du génome du SRAS-CoV-2  pour étudier les scénarios par lesquels elles auraient pu se produire, selon ces auteurs.