Bien que la plupart des acteurs politiques Tunisiens exceptés le mouvement-Ettajdid-et le FDLT ont opté pour le boycott de l’échéance municipale du 9Mai2010 pour de multiples raisons essentiellement la mise sous séquestre des libertés fondamentales primaires, et le climat de terreur régnant par le biais d’une administration régionale et locale désignée, alignée d’office,et par le RCD totalitaire ; nous avons voulu dans notre ville de Ksar-Hellal, berceau du2mars1934, métropole millénaire au patrimoine textile haut en couleurs(n’ayant pas encore de musée quoi qu’étant la ville natale du Professeur Fantar), berceau des mouvements émancipation, et des courants politiques divers, dénommée par les autorités coloniales Françaises « Petit Lyon », ville qui a vu l’éclosion du mouvement syndical associatif au sein du secteur textile artisanal depuis1913,une décennie ou plus avant celui fondateur du leader national Mohamed Ali Hammi,dans cette ville de quarante cinq mille habitants, un groupe de militants a voulu créer l’événement en proposant à nos électeurs d’élire une liste indépendante sous l’étiquette “liste de la citoyenneté vraie” pour concurrencer la liste officielle,et imposée haut la main du RCD qui opte chaque fois pour la désignation à deux niveaux ce qui un outrage à la citoyenneté vraie,tout aussi que pour le bon sens tout court.

Notre liste savait dès le départ que le climat n’était propice aussi bien au niveau de la formation de la liste du fait du climat de terreur stalinienne imposée à la ville du 2mars1934 par la milice du RCD ,mais nous avons relevés le défi en nous réunissant un certain nombre de fois dans des garages,et dans les cafés du fait du goulag,et de l’absence de locaux adéquats,locaux de partis,ou locaux associatifs.Nous avons réussis tant bien,que mal à constituer une liste représentative groupant des femmes,et des hommes appartenant aux différents secteurs(universitaires,pharmaciens,enseignants,ouvriers,commerçants,retraités,étudiants),au fur et à mesure que l’échéance approchait nous avons observés que notre groupe rétrécissait comme une peau de chagrin du fait de l’infiltration, de l’intimidation,des menaces proférées par la fédération du RCD de Ksar-Hellal, de sa milice.

On a cru revenir aux années de terreur suivant le conflit Bourguiba-Ben Youssef avec ses équipes farouches de liquidation,et ses séances de bastonnade dont la Zaouia de Sidi Ben Aissa aujourd’hui rasée était le haut lieu privilégié.La fédération du RCD,ses hommes de main ont quadrillés la ville,une couverture par quartiers était opérationnelle,on usa de tous les moyens possibles et imaginables :les liens de parenté(pressions familiales),les liens de travail( marchandage sur les postes de responsabilité),on menaça même les membres de la liste de prendre à partie leurs enfants arrivant de suite,ou sous peu sur le marché de travail.Un des éminents membres de la liste,fils de martyr demandant avant son ralliement la mutation de sa fille sans résultat,fut informé que sa demande serait exhaussée en cas de départ de la liste.

Moi-même,universitaire,chercheur,spécialiste de l’histoire et du patrimoine de Ksar-Hellal,blogueur utilisant la toile aussi bien en français, qu’en arabe, fut menacé le soir du vendredi16 avril2010 à travers mon téléphone de subir une correction exemplaire,que même ma famille ne sera pas épargnée, ne l’oublions pas nous sommes en Tunisie « pays de la paix et de la sérénité », pays de la joie de vivre. En visitant le siège de la délégation le samedi après midi 17 avril2010, juste avant la clôture du délai de dépôt des candidatures pour remettre au délégué de la ville ou vice-préfet un communiqué relatant les péripéties de la non candidature de notre liste par le biais des pressions,des menaces,j’ai été étonné de trouver l’ancien maire reconduit dans ses fonctions ,et quelques autres candidats dans le salon du délégué comme s’ils attendaient la cérémonie d’investiture le17 avril2010, et non le10 mai 2010 !!!!!

Mourad Regaya.