Par Med Hedi Bacouche.

La conjoncture internationale nous amène à réfléchir sur l’avenir du tourisme dans notre pays sachant que les enjeux économiques sont réels dans un domaine où la concurrence est de taille.

Nous nous situons dans un marché international à fort potentiel en matière d’infrastructure hôtelière ou la capacité identifiée met l’accent sur viabilité du marché qui doit correspondre parfaitement aux attentes de la clientèle cible. L’évolution du tourisme dépend de la capacité d’identifier les marchés rentables à long terme, des recommandations aux entreprises touristiques et individuelles :

Assurer les qualités professionnelles qui nécessitent des études de marchés régulières pour des échanges économiques et commerciaux pour le développement du secteur dans les meilleures conditions de prestation par une main d’œuvre qualifiée pour l’emploi en cette faveur,
Afin de garantir une viabilité de la culture touristique au sein de l’entreprise dans un environnement économique stable dans un climat politique favorable.

Le marché touristique doit évoluer vers la biodiversité et plans d’action et autres stratégies sectorielles apparentées, pour l’élaboration des politiques, la planification du développement et la gestion du tourisme dans les destinations ou sur les sites.

Dans un marché peu onéreux pour accéder à un tourisme écologique pour la création de projet touristique à haute valeur ajoutée une idée réunissant tous les aspects du tourisme des régions, une réflexion à l’horizon des années à venir qui repose sur une approche nouvelle et plus contemporaine des réalités et des potentialités du tourisme la valorisation des sites Respecter et mettre en valeur le patrimoine historique, les cultures authentiques, les traditions et les traits distinctifs des communautés d’accueil tels que les sites archéologiques .

Par la sensibilisation, la protection de l’environnement et le développement de l’écotourisme pour contribuer à la prospérité économique de la destination des hôtes notamment à la proportion du dépenses allouées.

De l’environnement à la promotion du marché qui se fera par l’efficacité des entreprises qui peuvent maintenir un management de choix et de qualité qui s’inscrit dans l’efficacité directe autonome qui peut être résolu par un partenariat gagnant pour des opportunités complémentaires.

Le climat politique stable doit faciliter l’implication en termes de développement durable comme le précise Le Code mondial d’éthique du tourisme de l’OMT, 1999 :

Ce code a été approuvé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2001 qui a invité les gouvernements et autres acteurs du secteur du tourisme à transcrire le Contenu du code dans la législation, les règlements et les pratiques professionnelles Principaux.

Le code reprend la plupart des principes de développement durable du Tourisme développés par la CDD et d’autres. Il place aussi un accent particulier sur le rôle particulier que joue le tourisme dans la compréhension mutuelle et le respect entre les peuples, et comme instrument d’accomplissement personnel et collectif.

Des articles distincts définissent le droit au tourisme (« La possibilité d’un accès direct et personnel aux découvertes et à la jouissance des ressources de la planète est un droit dont bénéficient tous les habitants de la Terre sans distinction ») et la liberté de mouvement des touristes, basés en partie sur la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Il définit aussi les droits des travailleurs et des entrepreneurs du secteur du tourisme en matière de reconnaissance, de formation, de protection sociale et autres aspect pour déterminer les objectifs qui serviront de point de départ détermineront les points d’actions pour formuler une politique de stratégie qui permettent d’atteindre des objectifs sur des domaines d’action plutôt que sur des politiques spécifiques adaptées au contexte local du tourisme.

Les échanges entre entreprises, la prospérité locale peut être améliorée par des politiques axées sur la demande qui agit sur certains segments du marché pour passer à la multiplication des attractions évènements et activité satellites d’intérêt touristiques majeurs dans ce secteur.
Promouvoir aussi les produits locaux, les services.

L’information au niveau local permettra de renforcer l’ensemble de l’action du commerce ainsi que la qualité à encourager les entreprises à mettre en place des programmes de formation et des possibilités d’évolution de carrière pour une main-d’œuvre fidèle et qualifiée est un atout de taille.

S’efforcer à agir sur la vulnérabilité du secteur à de nombreux types de crises qui peuvent influer directement ou indirectement comme la guerre le terrorisme, les catastrophes naturelles et les maladies épidémiologiques.

Beaucoup de travailleurs, notamment mais pas seulement les nombreux travailleurs à temps partiel ou occasionnels, n’ont souvent pas droit à des allocations ou aides quand des emplois sont supprimés. On peut remédier à ce problème en introduisant dans les contrats de travail des clauses qui rendent obligatoire l’application d’un préavis en cas de licenciement, le versement d’indemnités de licenciement, etc. Une politique gouvernementale sur le maintien de la protection sociale pour les personnes licenciées serait également pertinente.

Enfin l’équité sociale serait de rechercher une répartition large et juste des bénéfices économiques et sociaux du tourisme dans l’ensemble de la communauté bénéficiaire, notamment en améliorant les opportunités d’emploi, les revenus et les services proposés aux plus pauvres.