Trop, c´est trop, l´opinion publique devrait prendre garde aux manigances et aux graves transgressions à la loi et à l´éthique dont sont responsables les gens aux pouvoir (pour le moment….).

Le peuple tunisien s´est révolté contre les abus et les injustices et refuse de voir sa révolution confisquée par les RCDistes reconvertis, sur le tard, en pseudo-démocrates et pseudo-révolutionnaires.
L´adage, selon lequel la révolution est conçue par des génies, réalisée par des gens courageux mais récupérée par les arrivistes et les lâches, ne se traduira pas dans la révolte en Tunisie.

Les faits : La nomination de M. Nasr Ben Soltana en tant que consul à Munich et tout simplement un scandale et une insulte aux victimes de la répression. Nous sommes face à une réelle tragédie. Ce quidam est connu pour être un pur produit du RCD, il y été depuis le lycée jusqu´à l´université où il a présidé l´association des étudiants destouriens. Il se vantait de cette affiliation au point que son CV qu´il présentait, à tout va, était de couleur mauve agressif et comportait 3 pages, dont 2 uniquement avec ses activités aux parti ; bref comme Obelix dans la fameuse BD, il été tombé dans le chaudron du parti alors qu´il été encore bébé.

Par ailleurs, il convient de souligner qu´il est l´auteur d´une triste et indigeste doctorat (?) sur la sécurité nationale en Tunisie de Ben Ali, où il se fait l´avocat zélé de la conception de ce dernier sur les droits de l´Homme, vantant ses pseudo-réalisation et dénonçant l´opposition comme « terroristes » et « vendu à l´étranger »…

Il enseignait ses balivernes à la prétendue académie politique du parti et aux sbires du ministère de l´intérieur (chebiha tunisiens).

Pour appel, ce triste sir a commencé sa carrière aux ministères des affaires étrangères en travaillant l´unité des droits de l´Homme, qui été tout simplement une cellule et une annexe de la police politique au département chargée de traquer les opposants politique à l´étranger.

Affecté au Consulat de Tunisie à Düsseldorf, sa spécialité consistait à rédiger des rapport de dénonciation concernant les opposants réelles ou supposés voir inventés, brisant la vie de plusieurs citoyens notamment les islamistes (nous exigeons une enquête à ce sujet et l´ouverture des dossiers émanant de ce poste).

Cerise sur le gâteaux, et quelle cerise, rentré en Tunisie, il sera parmi les premiers à ce joindre au fameux Appel des 1000 a Ben Ali pour rempiler en 2014 (Mounachada) (voir Essabah du 20.08.2010 No. 196/19724, No du mounachid 3123).

Il convient de rappeler à cet égard que cet appel (lugubre) avec Sakhr El Materi comme tête de liste n´était nullement sous une quelconque contrainte, ou extorqué sous la crainte de sanctions administratives mais de plein gré et volontairement.

La loi interdisant au Mounachidoun de briguer un poste d´élu à l´assemblée constituante devrait s´appliquer également aux postes représentant l´Etat tunisien, il y va de la crédibilité de l´esprit du 14 janvier.

La triste comédie, à la quelle il s´est livré dés les premiers jours de la révolution, on se ruant tout en sueur devant la télévision réclamant la dissolution du RCD, n´est que la traduction d´une nature foncièrement hypocrite et la recherche vaines d´une nouvelle virginité, ce monsieur n´a pas seulement changé sa veste le 14 janvier, mais il a aussi changé sa chemise, son pantalon et tout le reste, y laissant au passage toute dignité, a supposé qu´il en a une.

Trop c´est trop, ce personnage devrait étre viré illico-presto. La diplomatie tunisienne n´a que trop souffert de ce genre d´individus troubles et corrompus, édifiant leurs carrières sur le dos des innocents, il n´y a aucune distinction morale à faire entre celui qui torture, celui qui tire à balles réelles sur la foule et celui qui rédige des rapports ignobles sur les gens à la police politique.

Débarquons les corrompus et les félons, c´est une œuvre de salubrité publique.