Le samedi, 28 janvier 2012, en prenant un taxi pour aller couvrir la manifestation pro- libertés, organisée par plusieurs partis ainsi qu’une partie de la société civile, un chauffeur de taxi nous a offert une autre façon de voir les choses : pour lui, ces manifestations, qu’elles soient pour ou contre la liberté, qu’elles soient organisées par des islamistes ou des gauchistes laïques n’y changent rien, pour lui il y avait un fait observé: ces gens là « bloquaient la circulation et nuisaient au travail des autres, notamment le sien ».

On a rencontré quelques militants pro-libertés et quand on leur disait que leur manif « bloquait la route », ils disaient que cela est « normal » puisque c’est une « manif »…On s’est dirigé du côté des islamistes et la réponse fut pareille !

En ce qui concerne les provocations des manifestants «pro-libertés » qui scandaient « Nous on est le peuple et vous (islamistes) vous êtes des « sujets », on nous a dit que c’était une riposte à celle des islamistes !

Même question pour les islamistes qui scandaient «Mec au piercing, relève ton pantalon …», on leur a demandé si leurs slogans étaient conformes à l’éthique musulmane et leur réponse fut « mais eux aussi (les laïques) ils nous provoquent…»

Qu’on soit du côté des islamistes ou des laïques, on se rend compte que les réponses ont été similaires ainsi que l’attitude qui va avec, deux visages d’une même pièce, celle du non respect réciproque.

Une nouvelle éthique du dialogue, d’une organisation des manifs respectueuse de la loi ne serait-elle pas un premier pas pour la démocratie naissante de la Tunisie ?