Festival-International-Film-Amateur-kelibia

Lors d’une conférence de presse, tenue à la salle du cinéma Le Rio, à Tunis, la direction du Festival International du Film Amateur de Kélibia (FIFAK) a présenté la programmation de cette édition spéciale. Ce festival qui a survécu à toutes les crises fête, en cette année 2014, ses 50 ans d’existence. Pendant une semaine, du 17 au 23 août, dans le théâtre de plein air de Kélibia, des cinévores découvriront des films venus de 25 pays.

Meriem Sardi, directrice du festival, a annoncé que le festival est, désormais, indépendant du ministère de la culture. « D’habitude, le trésorier et secrétaire général du festival était désigné par le ministère. Cette année, et pour la première fois, le ministère a décidé d’appliquer la décentralisation et a accordé une autonomie totale à la direction », affirme-t-elle.

Plusieurs films, concerts et débats sont prévus sur le cinéma résistant, le cinéma du quartier, et la distribution et production du cinéma indépendant. Jouant sur le suspense, la direction du festival a promet à son public une surprise hors norme, durant la manifestation. Des hommages seront rendus aux artistes et militants du festival qui l’ont marqué durant ces 50 années. Le premier est consacré au street-artiste Bilal Berrini, alias Zoo Project, trouvé mort dernièrement aux Etats-Unis dans des circonstances mystérieuses. L’affiche du FIFAK reprend une de ses fresques qui ont décoré la Médina de Tunis. Le film de l’ouverture « C’est assez bien d’être fou » lui rend hommage également. Le film raconte son voyage avec le réalisateur « Antoine Page », durant 4 mois, pendant lesquels ils ont traversé l’Europe jusqu’aux confins de la Sibérie. Rappelons que le street-artiste Zoo Project était en Tunisie, pendant plusieurs mois, juste après le 14 Janvier 2011, pour réaliser de très belles œuvres de rue dédiées aux martyrs, blessés et réfugiés de la révolution.

Bilal-Berrini_Zoo-Project

Les “martyrs”, le long de l’avenue Bourguiba à Tunis. ZOO PROJECT