Ce que vous allez lire défie l’imagination face aux incompétents qui organisent les élections en Belgique.

Récit d’un citoyen lambda : Vous vous êtes levés, sans doute, comme moi, tout fier de prendre votre petit déjeuner et de vous rendre au consulat. Peine perdue !
Arrivé à 10h20 du matin, je constate une longue file qui part du trottoir jusqu’à l’entrée du bâtiment… J’ai mis les pieds dans le hall à 11h50.
Dès que nous sommes à l’entrée, nous constatons qu’il y a une feuille A4 collée contre le mur, écrite au bic n’importe comment. On y signale qu’il y a 3 bureaux de vote à Bruxelles, dont le consulat et le centre culturel tunisien, situés Place Champs de Mars, au centre-ville. Personne n’est là pour vous indiquer le bureau de vote où vous devez vous rendre, ce n’est que lorsque vous vous présentez devant l’ordinateur pour le contrôle de votre inscription que l’on vous annonce l’incroyable nouvelle que ce n’est pas ici que vous deviez venir. De plus, il n’y a ni site web ni liste nominative, rien non plus sur le site du consulat !

J’entends des gens en colère rouspéter contre les organisateurs et le temps perdu à faire la queue. Des citoyens ont voté, en 2011, mais ne peuvent pas voter, ce 25 octobre 2014, car, soi-disant, pas inscrit sur les listes. Par magie, ceux qui se sont inscrits ne sont plus inscrit, d’autres viennent des quatre coins de la Belgique, par exemple de Gand, et doivent se rendre à un autre bureau, au Centre culturel tunisien, situé porte de Namur, et des comme moi, qui ne sont jamais venus, disent-ils, pour s’inscrire …

Le pire, c’est qu’il n’y a que deux pauvres membres de l’ISIE pour contrôler les inscriptions sur les ordinateurs, deux PC pour toute la Belgique. C’est à dire de l’amateurisme et du sabotage généralisé de la part des organisateurs de l’ISIE en Tunisie. De plus, tous les membres du personnel de l’instance électorale sont venus de Tunisie, alors qu’il existe une colonie et des tunisiens nés, en Belgique, qui auraient pu prêter mains forte …

Le spectacle des incompétents : Le superviseur de L’ISIE tape sa crise de nerfs, il décide tout, simplement, de faire sortir les citoyens et de fermer les portes a clef. Certains, comme moi, qui n’ai pas pu voter, doivent se rendre chez Sonia. Au bout d’une heure, cette Sonia vous dira qu’elle a envoyé votre plainte à l’ISIE à Tunis et qu’il faut attendre, encore attendre, une réponse hypothétique, et peut être une re-convocation dans le futur…. Des citoyens qui ne comprennent pas ce qui se passe sont abandonnés, dans les couloirs, a leurs tristes sorts, se demandant à quoi rime cette pagaille au consulat, et pourquoi le personnel de l’ambassade et du consulat ne pipent mot.
Un permanent du consulat me dira même qu’il na jamais rien vu de pire, depuis les dernières élections.
J’ai vécu ce cauchemar, jusqu’à 14h00, heure de mon départ du consulat. Avant de quitter le bâtiment, je jette un coup d’œil à la longue file et je vois que beaucoup ont désespéré de pouvoir voter et sont partis …

Un citoyen en colère contre les incompétents

Soufian Parisi