En effet, cette pièce n’est pas dans la consommation de l’être mais pose la question du désir et de l’amour comme alternative (politique) susceptible de rétablir la possibilité d’exister à deux individus que rien ne destine à la rencontre. L’œuvre est d’une grande subtilité. Pourtant, elle aborde un sujet où il est très facile de glisser dans les stigmatisations et les clichés. Ce trio nous fait beaucoup rire, comique de situation comme dans un vaudeville, des jeux de mots hilarants tout en restant sur la corde raide de l’éthique, rire de nous-mêmes et non aux dépens de l’autre, non aux dépens du monstre qu’on pointe du doigt.