Ministère de l'Intérieur Avenue Habib Bourguiba à Tunis

Je reste, pour la première fois dans ma vie, scotché devant mon écran à écouter un ministre de l’Intérieur tunisien que je peux qualifier, vu la grande tradition de ce ministère, par Ministère ayant comme action prioritaire ” l’extermination du peuple” …

Je ne peux pas cacher mon admiration pour Farhat Rajhi qui est parvenu à satisfaire la confiance du peuple. Et d’après ce que j’ai pu constater sur internet son intervention a eu une influence ainsi qu’une réaction positives chez la plus part de la population.

Mais…

Je vais m’intéresser tout au long de cet article à l’action qu’a entamé Mr Farhat Rajhi au sein de ce phénomène arbitraire : Le Ministère de l’intérieur et du développement local : ce fameux ministère qui a installé dans notre pays pendant des dizaines d’années la plus sombre des terreurs … Il suffisait que le nom de ce ministère apparaissent pendant une discussion pour que les belligérants de cette discussion soient terrifiés …

Ce haut et puissant ministère qui a harponné notre pays peut-t-il vraiment changer d’aspect et d’action ?

Je m’adresse donc ici même à Mr Farhat Rajhi :

  • Est ce que l’élimination d’à peu prés 42 cadres et hauts gradés de ce ministère pourrait solliciter le changement ?
  • Comment une mentalité pareille : la mentalité arbitraire peut être dissoute alors qu’elle a poussé des racines au plus profond sol de ce pays depuis 23 ans ?
  • J’ai interrogé un jour un policier poliment en lui demandant pourquoi lui et tous ses collègues faisaient tout cela ? Il a alors poussé un souffle de profonde tristesse et il répondu : ” Mon frère je suis payé pour t’humilier … ” Un autre m’a affirmé que pendant les 9 mois d’entrainement de la police on incite les policiers à nuire au peuple tout en leur déclarant que le citoyen est leur ennemi !

    Que faut-t-il faire pour que cette mentalité arbitraire change ? Et d’abord que faut-t-il faire pour entamer une action pareille de changement ?

    Certainement pas par l’élimination. Cette politique intense fait naitre la haine et la frustration ce qui engendre la peur et cela ne fait que revenir à la dictature !

    On doit alors ” Recycler ” cette audacieuse mentalité arbitraire et le reconstruire sur de bonnes bases solides et qui tiennent : la transparence, le devoir, la dignité.

    De même que pour nos policiers car, malgré tout, ils sont des Tunisiens ! Et oui ce sont bien des Tunisiens ! Il faudrait donc planter en eux le sens de l’amour de la patrie : l’amour de ce pays paisible où il fait bon vivre …

    Heythem Slatnia