Depuis l’avènement de la coalition néolibérale au pouvoir (Nida Tounes, Ennahdha, Afek et UPL) et la présence du patronat à l’Assemblée Représentative du Peuple (25 hommes d’affaires sur les 217 députés), jamais les entreprises n’ont si peu contribué aux recettes fiscales. L’impôt sur les sociétés a perdu presque 60% de sa valeur entre 2014 et 2016, passant de 4.320 millions DT à 1.765 millions DT. Sa contribution dans les impôts directs perçus par l’Etat est passée de 51,1% à 22,6% entre 2014 et 2016, autant dire que « l’effort national » demandé vise certaines catégories au détriment d’autres.