La mafia ! On a souvent comparé le régime de Ben Ali à cette organisation politico-criminelle italienne. Ce rapprochement ne me semble pas cependant adéquat. Je ne  sais pas ce qu’il en est aujourd’hui de la mafia mais il me semble qu’historiquement cette organisation politico-criminelle était dotée d’une morale et de valeurs auxquelles ses membres ne dérogeaient pas sous peine d’indignité ou pire. A l’inverse, la bande de Ben Ali, elle, qui s’était emparée de l’Etat au moyen d’un coup de force sans gloire, n’avait pas le moindre principe. Nulle morale ne soudait ses membres, nulles valeurs n’irriguaient ses liens avec la société. Ils étaient voraces et sans pitié, rien de plus. Puisque l’on aime le mot corruption, eh bien la bande de Ben Ali était la corruption incarnée, la corruption faite chair, la corruption morale dans son sens le plus pur, c’est-à-dire qu’elle se soit accompagnée ou non d’enrichissements illicites, de fraudes, de trafics, de spéculations, de chantages, de vols, et autres procédés que sanctionne normalement le code pénal.