Erkiz Hip Hop innove. Le rap et le mezoued sont l’expression de deux époques différentes mais ont une trajectoire quasiment similaire. Longtemps ignorés voir reniés, aux antipodes de la culture dominante, ces deux registres musicaux sont les invités d’honneur de l’événement. Une fusion des répertoires et des genres chers au coordinateur du collectif Debo, l’artiste hip hop Trappa. En empruntant au mezoued sa mélodicité authentique, le rap apporte ses rimes contestataires au rythme des ornements de la darbouka, loin de la facilité des refrains imbriqués et du sampling simpliste. La forme se veut surprenante et expérimentale, étoffée de sonorités de smooth jazz et d’accents reggae. Imbibés d’un riche background de musiques urbaines et traditionnelles, les artistes d’Erkiz Hip Hop ont offert, aux quelques centaines de personnes présentes, un concert qui expérimente le croisement des genres et des disciplines. Mention spéciale pour l’instrumentation réalisée par Jihed Khmiri, réunissant une pléiade de percussionnistes aux bendirs et aux darboukas, un bassiste, un guitariste, un claviériste et un batteur.